Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 03:05




Thèse et anti thèse

Est-ce ma déprime ou mon âge grandissant ?

En mon jeune temps, on m’a appris à écrire des dissertations me précisant que le canevas de l’exercice se résumait à : thèse, antithèse, synthèse.

Je me souviens avoir creusé mes méninges de jeune fille et avoir calé plus d’une fois puisque l’on me demandait à moi esprit jeune et sur de ses vérités, de défendre le blanc (thèse) avec autant de véhémence que j’exposais le noir (antithèse).

Essayez de vous rappeler !

A l’époque et à vrai dire, je ne suis pas sure de devoir employer le passé, il me semblait qu’une vérité se voulait pleine et entière et qu’y opposer son contraire était pure hérésie.

Mes idées avaient un coté terriblement tranché qui faisaient de moi l’esclave d’une vérité, hautement affirmée et non contestable puisque apparemment évidente à mon esprit.

 

Avec le temps et à 47 ans passés, l’exercice me parait plus évident, est ce de la tolérance, plus de réflexion ? De la maturité ?

Et si la synthèse n’est pas simple, je conçois enfin l’existence possible d’une thèse et antithèse communicant sans conflit.

Puisqu’enfin, je prends conscience de la notion de doute.

Certes, le doute est parfois insidieux et si je ne peux nier son coté anxiogène, il m’apparait comme une composante essentielle  à  la réflexion.

Ce qui peut être une vérité pour moi, ne le sera pas pour un autre.

Une  vérité n’est pas universelle, l’admettre c’est certes introduire le doute mais surtout s’ouvrir, s’ouvrir à tout, même à l’improbable, à l’impossible.

Pas question d’abandonner ses convictions, mais essayer de comprendre en n’érigeant pas sa vérité tel un  jugement.

Exemples :

Faut-il être nécessairement pro israélien ou pro palestinien ? Pourquoi pas  disciple de la paix ?

Faut-il attendre les jeux olympiques pour juger un pays à qui on les a confiés alors que les droits de l’homme y étaient déjà absents ? En quoi le peuple chinois est fautif ?

Comment appréhender la guerre au Liban ? Pourquoi cette guerre ?

Pourquoi un coréen du nord hait l’américain ? Alors que le japonais a pardonné faute d’oublier ?

Que faut il faire pour les sans papiers ? Les expulser manu militari est il conforme à l’idée que l’on se fait d’une démocratie respectueuse des droits de l’homme ?

Pourquoi « mein kampf » est interdit de publication en Allemagne ? Faut-il briser le tabou ?

Le seuil de pauvreté est parfois à 650 euros, parfois à 800, dans les journaux télévisés, pourquoi en existe-t-il deux ??

Dans ce monde de sur médiatisation, de sur communication, qu’est ce qui est encore et surement « paroles d’évangile » ? Qui peut on croire y compris dans l’exposition a priori simple des faits ?

J’ai volontairement pris des exemples très concrets, usuels, l’abstraction du sujet exposerait aux mêmes questions.

 

Êtes-vous capable de répondre à ces questions par une  thèse qui vous semble juste ?

Personnellement, je ne peux pas avoir une idée arrêtée sur ces questions, les réponses sont bien plus complexes qu’un simple pour ou contre, que de simples « habitudes » politiques.

Nous sommes empêtrés dans le politiquement correct. Il est de bon ton d’exposer avec clarté de belles idées toute faites qui feront pencher la balance à droite ou à gauche.

Et nous, bon peuple d’Europe, nantis fermant les yeux sur ses plus démunis, nous donnerons des leçons au monde (voir un beau discours de Sarkozy en  l’Afrique).

 

Pour revenir au cœur du sujet, il est bien plus confortable et simple de ne concevoir que la thèse.

Pourtant, dés que je prends le temps d’y réfléchir un peu, l’antithèse prend vie d’elle-même.

Et si j’ai grandi en ne voyant que le blanc et le noir, je vieillis en discernant avec de plus en plus de clarté les milliers de nuances de gris.

 

Voilà, je vous ai livré, en vrac, mes pérégrinations du soir, je n’ai pas la prétention de faire un discours philosophique, mais j’avais envie de partager un ressenti, une réflexion venue d’elle-même sur les choses de la vie.

Merci d’avoir pris la peine de les lire …..

 

 

Et tiens si tout était inscrit dans cette simple fleur : thèse, anti thèse et synthèse.

 



 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle - dans humanisme
commenter cet article

commentaires

fab 26/07/2008 08:22

si nous nous posions tous un peu plus de telles questions et remise en question le monde évoluerait positivement :-)big bisous

isabelle 05/08/2008 23:11


j'en suis certaine, je sais que nous sommes nombreux à le faire, à pênser, là est l'essentiel, ceux qui y croient encore


Dany 16/05/2008 12:36

Merveilleuse image!!!!

Yvon 12/05/2008 08:43

Bonjour,Heureusement que ton article m'arrive après ce long week-end, car je me connais j'aurais passé le week-end dessus :-)"Le Blanc" & "Le noir"... C'est vrai qu'ils ne sont rien sans ces gris qui les unissent...Mais, pour guider ta vie, je pense qu'à chaque carrefour, tu as fait ton choix, du blanc ou du noir, sachant que ce choix s'il n'est pas idéologique peut changer...Alors, oui, tu as raison, demander à des jeunes gens de moins de 20 ans de défendre l'un et l'autre, c'est peut-être "au dessus de leurs forces", mais, n'es-ce pas cela l'enseignement... N'est-ce pas ainsi qu'on peut leur apprendre à "regarder l'autre" et non simplement à "le voir en passant"...Bises.

Catherine 12/05/2008 07:12

Billet très intéressant et qui donne à réfléchir et une bien jolie photo également.

Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis