Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 11:09




Une soirée un peu lourde où l’on prend conscience des horreurs perpétrées sans cesse dans ce monde, pas question, cette fois de dire, on ne savait pas.

Un film, d’animation, aux dessins bien particuliers qui ajoutent  une dimension entre conscient et in- (sub-) conscient.

Une guerre, aussi stupide que toutes les autres, le Liban, 1982, Sabra  et Shatila, tout bascule, l’irréparable est commis, les phalangistes chrétiens agissent,  l’armée israélienne encadre et laisse faire.

Un homme de plus de 40 ans a oublié et il part à la recherche du jeune homme, soldat israélien  de 19 ans qui est resté là bas.

Sur le chemin, il croise d’autres hommes entre deux âges qui ont occulté ou retenu.

Les interviews sont restituées avec  la voix des acteurs presque involontaires ( ?) de cette guerre noire.

L’ambiance est lourde, rappelant ce paradoxe terrible qui, à mon avis est le cœur du problème, la guerre est un meurtre collectif ordonné par un pouvoir, exécuté par le peuple (chair à canon).

L’individu, le soldat, lui, comment le vit il ?

 

Un débat suit le film mené par une jeune femme (je suis confuse de n’avoir pas retenu son nom), libanaise, membre du mouvement politique aconfessionnel  supporté  par Bachir HILAL, intellectuel libanais et  Abderrahim AFARKI, chargé du dossier libanais à Amnesty International France.

L’absurdité des guerres, somme toute fratricides, n’en déplaise à certains, reprend le dessus.

L’histoire riche mais dramatique du Liban est évoqué.

Comment vivre à 25 ans en acceptant le poids d’une histoire difficile, d’un environnement géopolitique compliqué, d’un pays confronté à une situation économique effondrée ?

Il a fallu que je demande : « existe-t-il aujourd’hui un « peuple » libanais prêt à relever le défi d’un avenir sans guerre, non alimenté par la haine des autres ? ».

La réponse a fusé avec fierté, brio, espoir : « OUI, et nous refusons la haine »

Belle leçon d’espoir, dans ce monde englué dans des conflits sans fin.

 

Autre réflexion amenée par ce film.

Il émet l’idée que ces jeunes soldats israéliens se sont trouvés en lieu (Liban, Palestine) et place des « nazis » à peine quarante ans après l’holocauste des juifs européens.

Leurs parents furent victimes et les voilà bourreaux.

Seulement, si l’Allemagne  60 ans après est capable de faire son mea culpa sur les  horreurs de la seconde guerre mondiale, je ne pense pas qu’Israël qui - et c’est avéré-  a à maintes fois perpétué des manquements graves aux accords mondiaux (Genève) soit prête à le reconnaitre publiquement voire à payer pour ses crimes.

Mais, voilà, en France, ce que je viens d’écrire est nécessaire taxé d’antisémitisme et politiquement incorrect, sujet à débats scabreux, où la colère et l’intolérance prennent le pas sur le dialogue constructif.

Une chose est rassurante, les intellectuels israéliens vivant en Israël commencent enfin à débatte publiquement des violations graves des droits de l’homme commis  par leur pays, signe certain d’une ouverture d’esprit salutaire.

 

Afin de compléter cet entrefilet, concernant un sujet grave, d’actualité et si affreusement sensible à l’échelle internationale, je vous invite à lire un excellent éditorial de « Périphéries », signé Mona CHOLLET, datant de 2002 (mais vous verrez, ça  pas pris une ride) dont voici

 l’ URL : http://www.peripheries.net/article220.html


Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle - dans sujets brulants
commenter cet article

commentaires

Kuelos 06/07/2008 15:34

Qui, hésite à se jeter sur les rails ? Ce n'est pas toi, non ? Pourquoi te pense-ti dépressive, ? L'es-tu ? Tu es venu voir le conseil de l'Europe, s'agiter le neurones.. Reviens visiter mon Triffouilly-lesOuillottes, c'est le 3ième.. tu verras, il s'y passe des choses.. Bonne route, Isabelle,                  www.choses.biz    NETTOUE

isabelle 08/07/2008 17:59


je ne pense pas je suis dépressive et soignée comme telle depuis un long moment.
je reviendrai te voir par juste curiosité ... sourire


Catherine 03/07/2008 11:53

Très bon article et très belle musique, merci pour le partage. Et je suis bien d'accord avec toi il ne faut pas que le "politiquement correct" nous fasse accepter tout et n'importe quoi.Je file sur Périphéries.

isabelle 08/07/2008 18:03


tu me diras


Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis