Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 13:00







 

Me voilà de retour dans cette clinique pour trois semaines.

Je n’ai pas maigri depuis et n’ai pas été hyper sérieuse.

Loin de moi l’idée de me trouver de pales excuses, quatre jours ne m’ont pas permis de changer des habitudes alimentaires vieilles de quarante sept ans de vie.

Mais j’ai beaucoup réfléchi et cheminé depuis.

Ce soir, alors que je suis seule dans ma chambre aseptisée, je viens de retaper sur mon ordinateur tout ce que j’avais écrit lors de ces quatre fameux jours.

Et force m’est de reconnaître dans ces propos beaucoup de négativité, de ressentiment, de craintes.  Il fallait sans doute que je les exorcise en écrivant, que de vieux démons qui hantent ma vie depuis bien longtemps remontent à la surface, qu’une véritable interrogation s’installe.

Je rentre aujourd’hui, ici, bien plus sereine et apaisée qu’en octobre. Je n’ai pas pour autant fait le tour de mon obésité d’un point de vue théorique s’entend, je n’ai que bien peu de  réponses à mes questions.

Je ne suis même pas totalement persuadée que ce que « tout le monde » estime être un problème le soit réellement pour moi. C’est dire !

Pourtant, je suis là pour appréhender mon corps autrement, pour apprendre un fondamental qui m’échappe encore, je pourrais l’appeler « hygiène de vie », « écoute du corps », « équilibre alimentaire », « réapprendre à nourrir mon corps pour son bien être donc le mien », « éprouver du bien être voire du plaisir dans l’effort physique ».

Je ne me voile pas la face, je suis obèse et ces trente kilos en trop s’ils ne sont résolument pas mes ennemis, ne sont pas pour autant amis.

Je ne mènerai pas un niéme combat contre mon corps, bien au contraire, je veux vraiment apprendre à le respecter.

Cette hospitalisation, cette mise à l’écart va me permettre de faire le point, d’appréhender mon corps autrement.

Je désire rester tant que faire ce peut dans un esprit de paix, une philosophie de réconciliation avec moi-même, dans la continuité logique de ma thérapie.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quichottine :0010: 03/12/2008 22:26

Que dire ? J'espère que tu vas réussir, pas à vaincre puisqu'il ne s'agit pas de combat, mais à rester dans cette optique que tu t'es donnée.

Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis