Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 17:54









 

Je suis de retour après une période trouble.

J’ai beaucoup écrit ces derniers jours, beaucoup appris et je l’espère compris.

Ma psy ce matin m’a dit « quelle aventure ! »

Les grandes aventures sont un mélange d’émotions, d’exploration, d’amour, de découvertes, de sentiments, de drame, de bonheur, de passion, d’exaltation, de risques, de larmes, de joie, de douleurs…

Ces derniers jours furent d’une intensité très, presque trop forte, une douloureuse aventure.

J’ai commis à nouveau mardi dernier un acte violent qui a malheureusement blessé ceux que j’aime et je ne le réalise vraiment qu’aujourd’hui.

En retournant ma colère, ma peine contre moi, en me faisant violence croyant l’épargner à l’autre, j’ai fait du mal et je m’en excuse auprès de mes proches, sincèrement.

 

Ce geste est regrettable, terrible, mais quoiqu’il en soit, il est commis, et il a eu des répercussions, j’ai parlé, dit, écrit, écouté et j’ai posé des pièces du puzzle. J’ai avancé.

Je n’ai pas tenu à rester en clinique, milieu protégé, car l’approche  ne me convenait pas et j’avais un besoin fort de rentrer chez moi, dans ce lieu qui me ressemble.

J’ai eu deux journées consécutives chargées, tant physiquement qu’émotionnellement, et trois nuits sans sommeil ou peu.

Je suis ce soir, enfin de retour, fatiguée, vidée, mais en même temps le petit moulin dans ma tête qui a tourné à plein régime depuis des jours se calme enfin.

Je me sens apaisée. Cette fébrilité qui accompagne toujours ces découvertes sur moi-même s’est calmée.

Je vais me reposer car mon corps a besoin lui aussi de récupérer.

J’ai besoin de prendre du recul, j’ai besoin de calme.

 

Je me rends compte que ne pas donner mes mots devient de plus en plus difficile, ce blog que j’ai ouvert sans trop savoir est devenu mon univers, un univers que j’aime savoir ouvert, non pas, dans le but d’exhiber ma vie mais juste pour tenter de dire un mal être que j’ai retrouvé chez d’autres personnes ces deniers mois.

Mon histoire est certes unique, et si les circonstances, les faits, les personnages ne sont pas les même, j’ai pourtant croisé la même souffrance, chez l’obèse, l’alcoolique, le névrosé dans différents groupes de paroles.

Quel est le véritable auteur de cette histoire ? La vie ? Moi ? La société ? L’humain ?

Je l’ignore, une seule chose est sur et ce depuis quatre ans, au lendemain d’une tentative de suicide, il me faut la raconter.

Il me faut vous dire mes peines et mes joies, vous ouvrir mon cœur.

Je ne sais pas pourquoi, je sais juste qu’écrire est devenu un besoin impératif, surgi de la mélancolie.

 

Publier ici mes mots valide leur existence et bien qu’ils ne soient qu’une infime goutte de l’océan de la toile,

Bien qu’ils n’aient qu’assez peu de chance d’être lus,

 Ils ne seront jamais détruits.

Jamais personne ne les brulera.
.




Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle cassou - dans états d'âme
commenter cet article

commentaires

PAOLA 24/01/2009 16:35

Bonjour Isabelle,Je viens de découvrir ton site ; il m'a touchée. Beaucoup d'émotions intenses, ondoyantes, belles. Mozart en fond musical ajoute une touche de "dramatique" ; c'est si ... comment dire ... humain. Continue à nous émouvoir.Merci

isabelle cassou 14/02/2009 22:06


merci à toi paola pour cette visite dans mon p'tit monde ....
et je n'ai d'autre ambition que de toucher l'autre par l'authenticité de mes mots , alors encore merci


claudine 22/01/2009 12:39

Ma chére ISAMerci a toi de me faire partager tes mots, tes pensées, tes ressentis. Je l'ai est lu avec beaucoup d'attention, d'émotion , et compréhension .Sache que tous tes amis sont la .Nous t'aimons fort.                       Milles bises.

isabelle cassou 22/01/2009 21:48


merci à toi, fais attention à toi, toi aussi, claudine


Quichottine :0010: 21/01/2009 23:32

C'est vrai qu'elle est un peu décalée, mais si elle peut t'aider, pour la vraie vie, c'est ce qu'il faut.Je t'embrasse fort.

isabelle cassou 22/01/2009 00:35


oui, écrire c'est exorsiser certaines choses, je crois , merci quichottine de ta si merveilleuse attention


Bruno 19/01/2009 15:02

heureux de partager tes mots, même si c'est la première fois que je les découvre. Tes mots sont tes armes pour affronter les maux de la vie, de les exprimer et de nous les offrir...pourquoi voudrais-tu que l'on puisse les détruire...ils te font du bien au coeur mais à celui des autres aussi...au mien c'est certain..Au plaisir de te lire "à l'encre de tes mots"

isabelle cassou 21/01/2009 22:31


merci et bienvenue dans mon p'tit monde, à vrai dire, quelqu'un qui m'était très cher a écrit toute sa vie et tous ses mots ont été brulés à sa mort et pour moi, c'est une blessure, un vide qui
restera à jamais, des questions qui resteront sans réponse, voilà, c'est pour cela que ...


Opium 16/01/2009 07:56

Bonjour Isabelle,Tu n'es pas seule, comme le dit Quichottine.JE ne suis pas souvent présent, mais sache que pour toi, je le serai un peu plus.Tes mots c'est vrai, une fois écrits ici ne seront jamais perdu... car ils seront aux moins dans notre coeur, dans notre mémoire.Bises.

isabelle cassou 21/01/2009 23:24


merci du fond de mon coeur de m'ouvrir si gentiment ton coeur, ce sera le baume du mien, merci ...


Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis