Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 14:13












En tant que « chrétienne » de par mon éducation et bien que je ne me revendique pas croyante attestée à une religion tout packagée, je ne suis guère encouragée dans ma spiritualité par les prises de position des hautes instances religieuses chrétiennes.

Les dernières « affaires » concernant le Vatican ne sont guère encourageantes en matière de tolérance et de modération.

Dans ce monde où certaines religions cherchent l’affrontement au nom de leurs idées le plus souvent déformées par le prisme de l’intégrisme, j’aurais aimé que l’église catholique continue à montrer sa modernité, sa largesse d’esprit, son intégration dans un monde en mutation, que cette intégration se fasse dans la retenue, la sobriété.

 

Comment admettre que des « négationnistes » soient réintégrés dans cette église ?

Aurait il suffit de soixante ans pour nier l’histoire ?

Il m’est impossible de me reconnaitre dans cette négation d’une vérité criante, prouvée, terrifiante, qui doit être à jamais gravée dans la MEMOIRE COLLECTIVE DU MONDE afin que l’horreur ne se réécrive plus.

Il est clairement inadmissible que le Vatican appuie de quelconque manière des thèses sans fondement qui remettent au cause une VERITE HISTORIQUE non contestable et à qui on doit de ce fait le plus profond respect au nom d’un peuple détruit pour les seules raisons de ses croyances, de sa race.

Le clergé a incontestablement un devoir de montrer l’exemple et celui qu’il montre en laissant supposer qu’il pourrait adhérer à de tels propos est inconcevable avec son devoir de réserve.

 

Il y a quelques jours, une histoire ahurissante est venue confirmée cette intolérance de l’église chrétienne.

Au Mexique, une enfant de neuf ans était enceinte de jumeaux à la suite d’un viol par son beau père.

Un médecin a estimé qu’il était nécessaire, en dehors des raisons humaines évidentes, mais pour des raisons médicales, de pratiquer un avortement, l’enfant étant dans l’incapacité de mener physiquement, physiologiquement cette grossesse à terme.

Un évêque local appuyé par un cardinal du Vatican a excommunié sans autre forme de procès l’enfant, la mère, le médecin.  Le beau père, violeur d’enfant, quant à lui semble bénéficier du pardon de l’église dans sa grande mansuétude !

 

« Le pape  a notamment dit qu'il ignorait les prises de position négationnistes de Richard Williamson, l'évêque négationniste. Il a même dit qu'il devra prêter plus attention à l'Internet, qui lui aurait permis de prendre connaissance du problème. »

(source: Le Monde)

Bien, imaginons donc que ce pauvre pape soit dépassé par « le mulot » lui aussi.                                                                             

Voudrait-on nous faire croire qu’un état riche comme le Vatican ne soit pas au fait de l’information ?

 

Peut-on imaginer que personne ne se préoccupe au Vatican alors qu’il s’agit de réintégrer au sein de l’église des personnes controversées, du passé des dites personnes ?

Peut on imaginer et respecter une religion qui fait fi de l’aspect humain et en l’instance médical au nom de SA morale ?

 

Certains évêques français ont clairement regretté la « légèreté » du Vatican dans ces « affaires ».

Je regrette, quant à moi, ce retour en arrière et condamne clairement l’inconséquence d’une « église » qui n’est pas en adéquation avec le « message d’amour et de tolérance » qu’elle est censée dispenser.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle cassou - dans sujets brulants
commenter cet article

commentaires

Rébecca 18/03/2009 21:55

Toutes ces histoires d'églises sont détestables ! Ce qui compte c'est notre relation personnelle de chacun avec Dieu. Dieu n'est pas le Dieu de ces gens sans amour. Ils sont là pour le pouvoir seulement. Rien à voir avec la foi. Moi, je garde la foi en regardant à Dieu seul et pas aux hommes.  

isabelle cassou 28/03/2009 00:43


Je partage ton point de vue, je préfère moi aussi une spiritualité qui m'est propre que j'ai choisi, je ne me reconnais pas dans ces poils de vue étriquée, dans une morale qui se veut jugement


Quichottine :0010: 16/03/2009 23:25

J'approuve... ce que tu dis. Les prises de positions m'ont horrifiée !

isabelle cassou 28/03/2009 00:47


Il semblerait que l'église persiste et signe encore aujourd'hui, c'est presque criminel vis-à-vis de l'Afrique


syl 15/03/2009 02:08

Issu de la même culture, et aujourd'hui totalement athée, mais Ô combien d'accord avec toi.Amitiés.

isabelle cassou 28/03/2009 00:52


C'est une histoire très triste car à ce niveau-là on aurait pu espérer un minimum de conscience sur ce qui est dit, prétendre que l'usage du préservatif est inutile est réellement criminel dans le
contexte religieux Africain.


Tsyca 14/03/2009 21:40

Il y a des choses parfois (beaucoup trop souvent selon moi) qui vous arrive comme ça en pleine gueule sans qu'on puisse comprendre ni pourquoi , ni comment...Et pourtant ça vous choque vous révolte vous donne nevie de tout casser; vous fou la gerbe quoi !Mais le plus dure n'arrive quaprés: lorsqu'on  se rend compte que l'on est parfaitement impuissant et que le monde qui nous entoure est parfaitement minimaliste face à des choses aussi intolérable qui ne devrais pas être!

isabelle cassou 28/03/2009 00:55


Tant que je pourrais parler tant que je pourrais dire, je parlerai, je dirai ce qui me semble injuste, stupide, effrayant, dément parce que moi, aujourd'hui, j'ai cette chance d'avoir la liberté de
parler, de dire .peut-être que tout ça ne change rien peut-être que mes mots sont des mots en l'air mais tant que je peux le dire qu'ils changent ou qui ne changent rien, j'ai le devoir de les dire
sinon tout devient acceptable


Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis