Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 23:15







 

Un bien joli coup de cœur

 

il est un peu plus de 13:00 et j'ai l'envie d'aller au cinéma seule. Ce qui ne m'est pas arrivée depuis bien longtemps. J'ai choisi un film américain, chose rare, non pas que je fasse de l'antiaméricanisme primaire en matière de septième art mais la violence étant omniprésente dans ce cinéma là, je l'évite par principe.

 

Me voilà dans la salle obscure, j'éteins mon portable. La lumière baisse doucement, le film commence. Assez vite, la magie opère. L'histoire captive, le rêve s'installe. Le voyage prend vie...

 

Voilà du bon, du beau cinéma américain celui qui me chavirait quand j'étais môme, celui qui rendait les acteurs inaccessibles.

Je n'ai jamais ressenti cela pour un film français, allez savoir pourquoi ?

L'image est belle, l'histoire improbable, qu'importe, les acteurs semblent auréolés de cet esthétisme particulier, de cette aura de star que le cinéma américain s'est si bien inventé.

Brad Pitt  est sublime de beauté, de sensibilité, de justesse.

Comment ne pas craquer à la vue de sa juvénilité qui pulvérise l'écran tout au long du film ? Comment ne pas craquer à la vue de cette superbe délicatesse qui habille la danseuse rattrapée par le temps ?

Évidemment, j'ai pleuré, parce que je pleure toujours quand l'on me raconte joliment une belle histoire d'amour. Voilà que je joue les midinettes à 48 ans et il me faut vous avouer que j'adore ça. Oui  je crois que j'adore encore bien plus que quand j'étais enfant parce qu'aujourd'hui j'aime et je suis aimée, l'amour n'est plus un  rêve inaccessible mais une belle et tangible réalité. L'étrange histoire de Benjamin Button

 

 

Je vous conseille d'aller voir ce film juste parce que les belles histoires bien comptées se font de plus en plus rares, les regarder, les écouter reste pour moi un moment agréable, cet après-midi, dans cette salle obscure, la magie était au rendez-vous, le cinéma nous a fait rêver !

Vous trouverez dans ce film l’ambiance des grands films américains des années 50 où le mot s'écrivait en grandes lettres.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

écureuil bleu 13/06/2010 22:44



Je n'ai pas vu ce film. Tu en parles très bien. J'adore pleurer au cinéma car çca veut dire que le film était prenant... Bisous



Sév 28/03/2009 22:02

Nuit de bô rêves.                       

isabelle cassou 30/03/2009 18:03


Ils le furent, merci Sév


Quichottine :0010: 28/03/2009 10:53

Le mot "AMOUR" ?En tout cas, quel que soit ce mot, j'ai souri en te lisant ce matin. Il y a des films de ces années-là que je suis capable de regarder en boucle, que je connais par coeur et qui me font encore pleurer aujourd'hui.Incroyablement romantique, moi, fleur bleue. Mais ça m'est bien égal. j'aime quand ce que je vois ou je lis me fait réagir, et en bien si possible.Merci pour ton billet de ce matin. J'irai voir le film si je peux... Je t'embrasse.

isabelle cassou 28/03/2009 15:25


Je te le conseille vraiment, c'est un excellent film les images sont superbes le sujet est très étonnant et il en découle une histoire dans laquelle on entre avec une candeur délicieuse, celle de
notre enfance. Merci à toi d'être la baigneusement tienne


Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis