Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 14:50







Welcome

Il est de ces films qui n'ont pas pour vocation de faire rêver, celui-ci en est un.

De nombreux détracteurs diront que certains détails, que la description de certaines scènes, ne sont qu'affabulations. À mon avis, il importe peu de savoir si réellement on contrôle le taux de CO2 dans les camions qui prennent le ferry entre Calais et Douvres afin d’y détecter la présence d'éventuels clandestins. Si, toutefois, ce fait se révèle avéré, on peut imaginer l'horrible souffrance tant physique que psychologique qui habite alors ces hommes persuadés que leur avenir dépend uniquement de cet étouffement volontaire.

 

Ce film est avant tout une magnifique histoire humaine, une histoire simple, à laquelle chacun de nous peut être confronté demain.

Vincent Lindon avec ce talent qui lui est propre, se fait oublier, et ne reste que cet homme somme toute ordinaire confronté à toute une part trop souvent inconnue de cette humanité, qui, si l'on n'y est pas directement confronté, nous reste étrangère.

Deux mondes se confrontent, celui qui n'a plus grand-chose et celui qui n'a plus rien à perdre, pour qui l'avenir n'a qu'un seul chemin, l'Angleterre qui devient une sorte d'eldorado incontournable.

Bilal, le jeune  réfugié irakien joue avec une sincérité touchante.

 

Il est question ici de toucher du doigt un sujet grave, les sans-papiers, il ne s'agit pas de traiter ce sujet délicat comme un problème de société mais bien au contraire de se confronter à UN drame humain, UNE vie, à un homme parmi tant d'autres qui se bat pour survivre.

L'histoire pourrait être vraie, cette histoire des dizaines, des centaines d'hommes la vivent chaque jour. Il serait facile de les oublier, de les traiter comme un phénomène de société, de n'y voir qu'une problématique lointaine et au nom de notre bonne conscience d'estimer que tout cela est bien loin de nous. Pourtant, ces hommes sont là, tout près de nous, chaque jour nous les croisons et nous oublions de les voir.

 

Que peut-on dire d'un pays qui condamne un de ses citoyens pour avoir aidé un homme sans logis, pour lui avoir donné à manger, pour avoir fait montre d'un peu de compassion ?

Aujourd'hui, je ne suis pas fière d'être française si mon pays condamne l'aide que je peux apporter à un autre humain sous prétexte qu'il est sans-papier.

Aurait-on oublié que nous sommes le pays des droits de l'homme ? Aurions-nous oublié les règles fondamentales de la république qui, j'avais la naïveté de croire, s'appliquent  à tout être humain ?

Messieurs les politiques, suffit-il de nier un problème pour le résoudre ?

Personne n'est dupe, il est impossible que l'Europe accueille les millions de personnes qui n'ont plus rien à perdre sur cette planète.

Pourtant, comment ignorer ceux qui sont là, qui ont tout bravé ?

Ne serait-il pas temps de s'interroger réellement sur les disparités de plus en plus marquées qui séparent l'Orient et l'Occident, les pauvres et les riches ?

Le fossé se creuse chaque jour un peu plus et tant qu'il persistera et s'aggravera, les migrations de population seront de plus en plus fortes.

 

Impossible encore une fois de sortir indemne d'un film tel que Welcome, histoire triste, sombre, et si affreusement réaliste.

Ce film est plein de pudeur et, là encore, si l'on a un cœur, si l’on éprouve comme moi un sentiment de fraternité vis-à-vis de l'humain, on ne peut qu'être touché, effaré, par ce drame humain qui se joue, là, à nos frontières, sur notre territoire, chaque jour.

Comment dire, maintenant, je ne savais pas ?







Partager cet article

Repost 0

commentaires

Daniel 29/03/2009 20:15

Je ne l'ai pas encore vu mais je soutiens ton texte ! et j'applaudis Welcome

isabelle cassou 30/03/2009 17:44


Va le voir, je t'assure que tu passeras un très bon moment, c'est du bon cinéma


O. 29/03/2009 18:41

J'irai le voir dès que je pourrai.....

isabelle cassou 30/03/2009 17:45


Je te le conseille très bon film


Bandolera 29/03/2009 15:16

Je crois d'ailleurs que ce film a un peu transformé Vincent Lindon ... Il est vrai que c'est difficile de le traverser, en acteur ou en spectateur, en restant le même ou la même. Bises Isabelle !

isabelle cassou 30/03/2009 17:49


Il semblerait que sur cette planète, en ce moment, en cette époque de surinformation, les évidences, les déficiences, et en l'instance les contradictions flagrantes entre les beaux discours
humanistes et républicains et une réalité bien moins glorieuse soient invisibles à certains.
il est évident que le problème de migration de population dans le monde est et va être de plus en plus épineux, pourtant,on entend assez peu de discours novateur en la matière, comme si personne
n'avait réellement intérêt à résoudre le problème en aval.


Sév 28/03/2009 22:00

J'ai hate de le voir.                       

isabelle cassou 30/03/2009 18:05


C'est vraiment un excellent film, le sujet est délicat et traité avec beaucoup de pudeur


Quichottine :0010: 28/03/2009 19:13

Je crois qu'aujourd'hui, même sans avoir vu le film, personne ne peut dire qu'il ne sait pas ce qui se passe.Je crois seulement que certains font semblant de ne pas savoir.Bonne soirée, Isabelle. Merci pour ces pistes de sorties.

isabelle cassou 30/03/2009 18:07


J'aime beaucoup partager mes coups de coeur, je parle rarement de ce que je n'aime pas par respect pour ceux qui créent.
mes indifférences ne sont pas paroles d'évangile Lol


Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis