Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 15:30






Le Slam

Par méconnaissance sans doute, Le Slam pour moi, c'était « grand corps malade », un jeune poète qui dit son mal-être.

Je voyais le slameur déclamer a cappella, improvisant. Je l'imaginais parlant en rimes  et l'enviais sans doute d'avoir cette capacité, cette facilité de les déclamer à rythme soutenu.

 

Nous sommes le premier mardi du mois, à l'entrepôt, à Paris.

La salle est très conviviale, le public d'âge plutôt mûr.

L'homme au micro a des airs de titi gouailleur, tout droit venu de Ménilmontant, il harangue le spectateur avec une familiarité accueillante. La casquette dégringole sur le côté, la redingote est d'époque, la voix est forte.

Le slameur arrive enfin, une bonne quarantaine, , des papiers plein les mains, griffonnés un peu dans tous les sens. Sur une table derrière lui se tient un bric broc étonnant d'objets divers.

Nous voilà partis, pendant une heure, dans le royaume des mots. Il joue, le plus souvent drôlement, et son ton détaché, hésitant, donne à l'ensemble une maladresse délicieusement touchante.

Je l'imaginais habile « déclameur » de rimes, et le voilà se battant avec ses papiers, déchiffrant tant bien que mal ce qu'il a écrit un peu plus tôt.

Le public est d'abord plutôt décontenancé, il suit avec grand peine les mots qui s'enfuient de cette bouche gauche qui tente désespérément de déchiffrer ce que son œil voit.

Il s'ensuit une petite heure, hors du temps, indéfinissable, surréaliste. L'espace d'un instant, on pourrait être dans le beau Paris a joué « aux cadavres exquis » avec un slameur qui poétise.

Cet homme est touchant. Oui, il me touche, il place ses mots au bord de mon cœur, le berçant délicieusement tour à tour d'un sourire, d’une douce gaité, d'une tendre tristesse.

Les mots reprennent tout leur sens, ils existent puisqu'ils créent l'émotion.

À plusieurs reprises le slameur abandonne les mots pour se mettre au piano, un piano totalement désaccordé, où il joue SA musique, elle a cette même authenticité, comme si elle ne se voulait que la simplicité de l'instant présent.

Une tête d’ail devient des aulx ou des eaux ou peut être des os le temps de quelques mots.

Un jeune homme asiatique, accompagné par le pianiste improvisé, lit un long poème au refrain répétitif. Les mots sont tristes, son corps se recroqueville au fil de l'histoire.

Un autre jeune homme lance avec fougue un poème d'amour et me voilà suspendue à ses lèvres …

Je dois partir, mais la soirée continue...

 

Paris recèle de trésors, des petites perles peu connues qui permettent à tous de se nourrir de belles émotions, d'une culture simple et abordable.

Plus trivialement, deux grands verres de coca soit 7.50 euros et si le cœur vous en dit une petite pièce dans le chapeau...

 

L'entrepôt est un lieu pluriculturel, pour vous en convaincre, allez visiter leur site

Cinéma, lectures, conférences …

Demandez le programme !

 

L'entrepôt
7/9 rue Francis de Pressensé 75014 Paris
Metro Pernety

 

Général

Standard 01 45 40 07 50

Fax : 01 45 40 07 51

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mahina 23/04/2009 13:41

Je viens d'aller voir l'album photo, il est vrai qu'avec un mot, on peut voir tant de choses différentes!Bisous

gazou 23/04/2009 10:41

Merci pour ton passage chez moi..Je trouve que tu décris très bien l'atmosphère d'une soirée slam,j'aime bien

tilk 22/04/2009 23:38

c'est vrai que les slam c'est des moments très forttilk

isabelle cassou 23/04/2009 04:34


Des moments de poésie, le plaisir magique des mots ...
Douce nuit tilk


alphomega 22/04/2009 22:59

Merci pour le com.Et si chez moi il y en a pour tous les clous, ici au moins il y en a pour tous les goûts.Le slam pour moi? c'est une chanson parlée, déclamée à capella.Bonne soirée

isabelle cassou 23/04/2009 04:18


De la vraie poésie là est l'essentiel ..
En fait l'aventure blog est partie sur un régime, un parmi tant d'autres, et puis j'ai un tout petit peu dévié au fil du temps ...
Bonne soirée à toi et merci de ta visite


Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis