Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 18:30







Après plus de 4 ans, cette « putain » de maladie me rattrape encore.

Elle m'envahit, elle me submerge … je n’arrive pas à prendre le recul nécessaire pour me  rendre la vie plus sereine, plus joyeuse, plus heureuse.

Je me sens si mal, incapable de prendre sur moi … le noir revient avec force, l’angoisse arrive, raz de marée insupportable.

 

Je me suis tant battue AVANT et maintenant un rien me met sans dessus dessous.

Je ne me reconnais plus, qui suis-je devenue ? Une larmoyante incapable de faire face.

O mon dieu, cette maladie je ne la souhaiterais pas à mon pire ennemi si j’en avais un.

Elle me détruit de l’intérieur, me ronge.

 

Reviendra-t-elle un jour cette Isabelle qui savait rire ? Reviendra-t-elle cette légèreté qui dédramatise, qui permet de rendre tout bien plus supportable ?

 

Je ne sais plus où j’en suis.je suis si perdue.

Elle est si lourde à porter cette mélancolie envahissante. Je pars en vrille pour un oui pour un non, sans arriver à la maitrise de mes émotions, trop fortes ….

 

Je me sens si désarmée, si démunie, si fatiguée …. Plus envie de me batte … lasse ….

J’aimerais pouvoir fermer les yeux, trouver le repos à nouveau.

J’aimerais savoir me protéger.

Là maintenant, je me sens si seule face à  ce mal être que je n’arrive pas à expliquer aux autres, ne l’appréhendant même pas moi-même.

 

Les larmes coulent…

 

Je lui ai demandé de passer un weekend par mois avec moi, il est l’homme que j’aime, il refuse, je suis too much, trop impliquante…

Qu’il est odieux ce refus, qu’il fait mal, quel terrible échec !!!! Qui suis-je donc pour qu’on ne puisse pas me supporter un weekend par mois ?

 

Affreux cercle vicieux dans lequel  je me sens piégée, je me sens rejetée, je vais mal, je deviens incompréhensible, les gens se lassent de mes revirements, de mes jérémiades en boucle et avec un peu de recul, alors que les larmes et les sanglots se calment, j’essaie d’analyser et je ne ME comprends pas.

 

Je ne sais pas gérer cela et d’ailleurs dés que j’essaie de gérer c’est pire …. Moi qui aie passé ma vie entière, en m’en faisant un point d’honneur, à tout gérer du plus simple au plus compliqué.

Que je suis démunie, que je me sens sotte, faible, si peu attirante !!!

 

Je sais qu’il y a des morceaux de ciel bleu, mais, dans ces moments là, je n’ai même plus la force de lever la tête pour les voir et retrouver le sourire.

Qu’est ce qui m’arrive ?

J’avance sur ce chemin initiatique sur lequel je marche depuis cette dépression, des lueurs vont et viennent, des pièces se mettent en place, des prises de conscience se font et soudain alors que je reprends pied, le sol s’effondre à nouveau et je me noie dans l’obscurité qui immédiatement emplie l’horizon.

 

Comment expliquer que tout cela se fait à l’insu de mon plein gré ? Comment le comprendre moi-même avant même de chercher à l’expliquer aux autres ?

 

Ecrire, dès le premier jour, écrire a été  ma planche de salut.

Poser les mots, les offrir à la page blanche, sans leur imposer aucune maitrise, de style, d’emphase, les livrer bruts de cueille, authentiquement démunis, humbles et sincères.

 

Ecrire mes peurs pour mieux m’en délivrer …

 

J’ai un crucial besoin d’espoir et il tarde tant à venir, quelqu’un m’a dit que je devais être patiente encore un peu, juste quelques mois, mais voilà j’ai usé mon stock, je n’y arrive plus ….

J’ai si peur, du diable si je sais pourquoi …. Peut être parce que je n’arrive plus à me faire vraiment confiance.

 

Oui, je hais cette maladie et plus que jamais aujourd’hui, je suis confrontée à sa force et à ma terrible impuissance.

 

La calme revient, quelques larmes coulent encore en relisant mes mots, mais le noir disparait doucement, des petits bleus reviennent, un « je t’aime », la confiance renait, l’espoir veut revivre coute que coute, sinon, ô mon Dieu, à quoi bon ? À quoi bon ?

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle cassou - dans états d'âme
commenter cet article

commentaires

Milady B 13/05/2009 22:58

Je n'ai pas les mots qu'il faut - d'ailleurs existent-ils ? Je me demande si, dans ces moments d'angoisse, ces instants où l'on perd pied, où l'on n'arrive plus à se maîtriser, je me demande donc si les mots ne sont pas superflus. Peut-être juste deux bras aimants et aimés qui vous entourent et vous serrent fort ne seraient pas suffisant ?Evidemment, s'il ne veut pas... Je comprends ta douleur et la blessure qu'il t'inflige. Je t'envoie toute mon amitié Isabelle.

ecureuil bleu 11/05/2009 22:48

Bonsoir, Isabelle. Je ne te connais pas mais nous avons au moins un ppoint commun : avoir apprécié l'"Elégance du hérisson". Allez, tiens le coup! Moi j'écris quand ça va mal et ça me soulage énormémént et j'écris aussi quand ça va bien, pour extérioriser mon bien-être.Je m'efforce de trouver chaque jour une bonne nouvelle à raconter, et ça me fait beaucoup de bien depuis que j'ai commencé. J'ai même l'impression que ça fait du bien aux copines avec qui j'en discute... Je t'envoie plein d'étoiles d'amitié, Brigitte

Dany 11/05/2009 19:32

Quelque soit la maladie, il faut garder ton courage, c'est important pour aller avant.... pas facile je sais bien, mais en parler devrait etre important. J'en ais le coeur brisé sans te connaitre et je ne sais que dire pour appaiser ta peine...

chantal 10/05/2009 23:48

je viens de lire ton écris qui me fait penser que tu as eu cette rencontre dont tu ma parlé cela était il nécessaire?pour moi je ne le crois pas.mais comme je te dis souvent tu connais la suite .....pourquoi si tu n'étais pas bien aujourd'hui tu ne ma pas appelé tu c'est bien que parler pour toi dans les moments pénible est un besoin et je suis toujours la pour toi .excuse pour les mots idiots que j'ai dit l'autre fois pour le manque ....... mais comme tu le sais je suis parfois brusque et apres je regrette mais tu me connais assez pour faire le pour et le contre je t'appelle demain passe une bonne nuit quand même et essaie de penser positive car tu c'est tres bien  que tu vaut mieux que ce que l'on te laisse penser.oublie pas que nous sommes tous avec toi et que pour nous tu comptes beaucoup je te fais une grosse bise à demain au téléphone

Quichottine 10/05/2009 18:53

Je ne sais si cela t'aidera ou non... Seulement de savoir que tu n'es pas toute seule derrière ton écran, même si quelques uns ne sont pas là en ce moment, même si, près de toi, certains ne comprennent pas et ne savent pas par quel bout te prendre.Tu as entrepris quelque chose de bien difficile. Se retrouver. Être soi, plus que jamais, être soi malgré tout ce travail que tu dois faire pour perdre du poids, pour te sentir mieux dans ton corps.C'est aussi au détriment de tes anciennes aides.Lorsqu'on doit faire attention à tout, on supprime aussi un peu de plaisir, celui qu l'on cherchait en se ruant sur une plaque de chocolat, par exemple.Alors, de deux choses l'une, soit tu as tenu bon, et tu n'as pas mangé de chocolat... et il te manque, parce que la douceur, c'est aussi une façon de se faire oublier ce qui n'a pas été... soit tu as cédé à l'envie... et tu as mal parce que tu te dis que ce sera encore quelque chose à éliminer...Non, je plaisante... je parle pour moi, là.Il y a des moments comme ça. Des moments où l'on se sent perdue, où l'on se demande à quoi ça sert... à ce moment-là, il faut que tu penses à tous ceux où tu étais bien. Raccroche-toi à ces moments de tendresse et de joie, à ces moments de plénitude.Tu verras, tu te sentiras un peu mieux... écris, tout ce qui te passe par la tête... et puis regarde un film qui te plaît, écoute de la musique qui te transporte dans cet ailleurs où tu es bien...Tiens bon. Pour ceux qui même s'ils ne comprennent pas tout, même s'ils ont peurde cette maladie qui te ronge et s'engouffre dans la moindre cicatrice pour ouvrir une blessure... t'aiment, vraiment.Tiens bon, pour toi.Tu es importante, ne l'oublie jamais.

Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis