Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 03:02






A toi

 

O toi mon page

Tu es mon ciel d’orage

Et  ma bouffée d’air pur

Qui dure et perdure

 

O toi ma muse

Tu abuses et j’use

De la magie des mots

Qui pansent mes maux

 

O toi mon ange

Ton Amour, j’engrange

Pour réchauffer mon cœur

Et chasser mes peurs ….

 

Wissous, mercredi 13 mai 2009

 

Avant d’aller rejoindre les bras de Morphée et alors que je Quitte ceux de mon amant …

Dans le silence d’une nuit étoilée …

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle cassou - dans poèmes
commenter cet article

commentaires

jer 17/05/2009 15:40

Jolis mots, réchauffant...Bonne journée !

Milady B 13/05/2009 23:05

Cet amant a-t-il pu réchauffer quelque peu ton âme ?Bien à toi.

Dany 13/05/2009 18:29

Je dois dire que je reste toujours en admiration quand je lis de si beaux poémes, moi qui ne suis pas très douée. MagnifiqueDany

Quichottine 13/05/2009 12:58

Chutt....Pour ne pas te réveiller.C'est beau.

bataillou 13/05/2009 07:31

images et vers magnifiquement parlants

Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis