Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 18:21




J’ai envie de vous faire partager un de ces moments qui rendent la réalité merveilleuse, un de ces moments qui faut bien appeler bonheur.
Je pars de chez moi alors que : 



Le soleil s’en va couchant 
Pour n’être bientôt qu’un  souvenir
Un de ceux qui s’en vont léchant
Les cieux de couleurs en devenir

La route est vide, l’horizon délaissée
Alors que  la lumière s’enivre 
Sursauts divins du trépassé
De halots sublimés pour survivre

A l’horizon est la ville en grisaille
 Que  surplombe une brillante lumière
Une strate céleste éclairée en représailles
D’une nuit annoncée et coutumière

Ce ciel de Paris encore  m’émerveille
Tours et églises habillent les cieux
Alors que déjà tapie, la nuit veille
Eclairage céleste du doigt de Dieu

La vie prend forme dans les cieux
Les nuages se détachent en couches 
La pierre  transcende le ciel facétieux
Alors que mon humble regard le touche.

Mon cœur bat et s’habille du sublime 
Vision d’une ville,  soudain céleste
Où homme et nature créent la rime
Le temps d’un lumineux manifeste


Wissous, le  12 Juin  2009


 
Ce soir là, j’étais dans ma voiture, sur l’autoroute, impossible d’immortaliser la scène, je ne peux vous offrir que la musique qui m’accompagnait lors de ce spectacle à la lumière si étrange, que Paris sait étonnement si bien nous offrir.
Pierrick Pedron se produisait à l’Alhambra et déclinait  avec brio son nouvel opus : Omry.
Voilà, mettez la vidéo en route et imaginez : l’asphalte, les lampadaires élancés sans éclairage, la ville entre ombre et lumière, une strate blanche et montant très haut qui capte les derniers rayons avec une vivacité étonnante, puis au dessus le gris qui se couvre du noir d’un ciel d’orage que gagne la nuit.
Paris fait partie de ces villes qui procurent de vives émotions à cette heure étrange où jour et nuit cohabitent. 
Emotions fortes et pourtant si simples si l’on se donne cette chance de lever un peu le nez et regarder …..
Pas de  photo, hélas …. 

J’aime ces moments de grâce qui pour moi ont un seul nom : 


le BONHEUR …



 

Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle cassou - dans poèmes
commenter cet article

commentaires

Quichottine 13/06/2009 12:04

Pas besoin de photo... l'image est bien réelle. Merci.

Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis