Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 10:12








En musique
 


Ecoutez, écoutez, m’ssieurs dames
La complainte du musicien
Qui d’un mécanique refrain
Les cœurs emballent
 
Dansez, dansez, m’ssieurs dames
Mettez  y d' l’entrain
Serrez contre vous les belles dames
Et oubliez les lendemains




Wissous, le 7 Aout 2009
en musique
les fils de teuhpu
la shnek



Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle cassou - dans poèmes
commenter cet article

commentaires

mamalilou 23/08/2009 21:30

très joli, belle lumière!gros bisou du soirbonne fin de dimanche

isabelle cassou 14/09/2009 08:27


bisou du lundi matin et merci


ALAIN JULIEN 21/08/2009 11:43

Splendide photo ! C'est très nostagique ...On rentre bien dans l'histoire que tu nous raconte .....foto + texte.

isabelle cassou 14/09/2009 07:39


cette photo me tient à coeur car je l'ai prise pour des passionnés des orgues mécaniques, un couple rencontré sur le net


Quichottine 19/08/2009 23:18

J'aime ces orgues de barbarie... parfums d'enfance.

isabelle cassou 14/09/2009 07:47


oui, je me souviens d'un superbe piano mécanique dans un restaurant, notre plus grand plaisir n'était pas dans l'assiette mais juste le moment où le patron finissait par le mettre en route devant
nos demandes pressantes


armide pistol 19/08/2009 20:34

Je regrette ces orgues mécaniques. Très belle évocation.

isabelle cassou 14/09/2009 07:48


Merci, on les croise encore de temps en temps pour notre plus grand plaisir


Dany 19/08/2009 17:21

Absolument magique cette photo et les mots qui suivent. Très très belle!!!! Gros bisous

isabelle cassou 14/09/2009 07:51


Merci beaucoup à toi Dany


Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis