Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 21:56

 

 

baigneuse-t_1_.jpg

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, j’aimerais revenir sur cette méfiance envers le corps médical que j’ai évoquée au sujet de Martine hier.

Hier, une aminaute m’a conseillée d’être plus vigilante, et pour une fois, d’écouter ce que me recommande le corps médical.

J’éprouve aujourd’hui le besoin, non pas de me justifier, mais d’expliquer, ou tout au moins tenter de le faire, cette méfiance qui, étonnamment, peut tout aussi bien se transformer en totale confiance alors que le courant passe.

Quand j’avais huit ans, j’ai commencé à fréquenter les médecins très régulièrement. Je cumulais un certain nombre de symptômes assez inquiétants. Le corps médical fut démuni pendant plus d’un an. J’ai alors subi un nombre d’examens énorme. Quand je dis subi, ce n’est pas un vain mot. Certains de ces examens ont été et restent encore assimilables à de la torture.

Je n’emploie pas ce mot à la légère, c’est réellement ce que j’ai ressenti alors que j’avais huit ans.

S’en est suivi ensuite un traitement d’environ trois ans qui fut un total échec.

Le problème fut résolu par une intervention en 15 jours.

 

Alors que j’étais enfant, je n’avais d’autre choix qu’obéir et subir.

Pour autant, j’étais déjà consciente à l’époque des déficiences du corps médical.

Je n’en fus pas dégoûtée, puisque je fis des études d’infirmière par la suite.

 

Là encore, j’ai vu en tant que professionnelle, des histoires, des erreurs, qu’il me serait impossible de vous raconter, simplement, par ce qu’elles pourraient vous paraître si terribles qu’elle vous ôterait toute confiance en nos services médicaux. Et s’il est de bon ton actuellement lorsque que l’on commet une erreur de prétendre que l’erreur est humaine, dès lors que cette erreur conduit à des catastrophes allant jusqu’à la mort, elle devient bien moins pardonnable.

Je crois que ce qui m’a le plus dégoûtée, à l’époque, c’est cette omerta qui au nom de l’esprit de corps se posait sur les faits telle une chape de plomb.

Certes, l’erreur est humaine, mais encore faut-il qu’elle soit reconnue, expliquée à la famille, voire même décortiquée et étudiée afin elle ne se reproduise pas.

 

Mais revenons dans le contexte du régime, mon rapport à la nourriture a été faussé dès mes 8 ans, je mangeais comme quatre (c’était un des symptômes de la maladie) et je maigrissais à vue d’œil.

Un an après alors que le diagnostic était posé, afin de compenser le risque de prise de poids dû aux médicaments, on instaura un régime assez sérieux.

Dès lors, soit pendant plus de 40 ans, j’ai scrupuleusement écouté et réalisé toutes les recommandations de régime qui m’ont été conseillés par des médecins.

Je n’ai rien à apprendre en ce qui concerne la perte, je sais faire et ce de 1000 manières différentes, toutes plus recommandées par le corps médical les unes que les autres.

Par contre, en ce qui concerne la reprise de ce poids, je n’ai aucune maîtrise ou presque.

Ce que je vous raconte là, vous le connaissez très bien, c’est ce qu’on appelle les régimes yo-yo : tu en perds 10 tu reprends 12…

Je ne prétends pas tout savoir, je ne prétends pas avoir la science infuse, mais une chose est sûre, je tiens impérativement à garder mon libre arbitre sur tout ce qui concerne mon corps et mon esprit.

J’ai commis des erreurs, je commettrai sans doute d’autres, et quoi qu’il arrive, je les assume.

C'est assez fou parce qu'un fait, quelques mots me permettent de réfléchir, d'analyser , merci Aminaute, car grâce à toi , je trouve des pourquoi qui m'échappaient encore.

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle Cassou - dans états d'âme
commenter cet article

commentaires

Opium 02/02/2012 10:25


Depuis toujours, je fais confiance à mes médecins...


Ai-je tord ?
Probablement ! C'est ce que je pense en lisant ton article et le commentaire de Quichottine...



C'est vrai que je suis un cas à part, puisque je n'ai eu a faire à eux, sérieusement, qu'une fois, pour un problème très sérieux de calculs rénaux...
Remarque, avec le recul, je peux me demander si ma confiance était justifiée pour mon médecin traitant de l'époque, qui, au lieu de diagnostiquer ce problème m'a prescrit pendant deux ans des
massages


Alors, suivant ton conseil, je vais être plus attentif, et pour ne pas me tromper, je vais faire tout mon possible pour "mourir en bonne santé" ce qui leur évitera de faire des erreurs...

isabelle Cassou 02/02/2012 13:50



voila une sage décision Yvon, c'est ce qu'il y a de mieux à faire, dommage que je n'y aie pas pensé avant, quelle gourde !!



Qichottine 31/01/2012 22:36


Je ne sais que te dire... mais, en tout cas, je suis d'accord avec toi en ce qui concerne le fait que tu dois rester maîtresse de ton corps et de ton esprit.


 


Je veux bien obéir, mais je veux savoir comment et pourquoi... et aussi ce que ça changera ensuite dans ma vie. Si ça ne change qu'en pire, à quoi bon ?


 


Douce nuit, Isabelle. Bisous.

isabelle Cassou 31/01/2012 22:43



à force d'être balladé , on finit par être très méfiant , j'aborderai un autre aspect de cette méfiance demain.


merci d'être là dans mon ptit monde, tu y es précieuse


bisous et fais de beaux rêves .....



Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis