Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 20:15

 

 

 

messageecrirehurlerrond-copie-1.png

 

 

 

« Écrire, c’est hurler en silence. »


Cette phrase, je l’ai lu, il y a quelque temps, à plusieurs reprises.

Elle est, entre autres, le nom d’une communauté sur overblog.

Ceux qui connaissent ce blog depuis longtemps savent que, fut un temps, j’ai eu un besoin irrépressible d’hurler en silence.

À vrai dire, ce n’était pas réellement un  besoin, c’était plutôt une nécessité. Les mots affluaient avec force et réclamaient d’être couché sur pages blanches. Alors, ils étaient partis prenante d’une thérapie et les partager, leur donner vie, c’était ma manière de les hurler.

 

Aujourd’hui, traitement, thérapie aidant, je n’éprouve plus la même obligation obsédante de devoir  les poser. Leur présence, la fluidité de leur flux ont pris un tour beaucoup moins obsessionnel.

Si je sais que tout cela signifie que ma dépression a quelque peu perdue en force, ce qui somme toute est plutôt rassurant, si j’ai gagné en tranquillité d’esprit, si je subis beaucoup moins l’obsédante ronde des mots qui pouvaient parfois tourner sans fin des jours et des nuits entières, je mentirais en prétendant qu’ils ne me manquent pas.

 

Aujourd’hui, ce besoin d’écrire est légèrement différent :

 

Sur la forme, car ils n’ont plus cet automatisme qu’ils avaient alors, les phrases ne se construisent plus de manière aussi fluides dans un agencement qui semblait, quasi propre, à mon cerveau.

En clair, j’ai de nouveau l’impression d’avoir repris main mise sur une part de mes pensées.

Ce phénomène est difficile à expliquer. Je n’ai jamais eu l’impression de perdre le fil de mes pensées, mais, je n’étais pas toujours maître de la manière dont elles se construisaient.

 

Sur le fond, car cette nécessité de poser les mots l’est sans doute à peu près pour les mêmes raisons, mais, je le fais en pleine conscience. En clair, c’est moi qui décide du moment, du sujet, de la forme. Tout cela ne m’est plus imposer par les mots. Et, j’impose à mes mots ce besoin de devoir les poser.

 

Mais, me direz-vous, pour nous lecteurs, cela ne change rien. Sans doute …

Pourtant, j’ai éprouvé aujourd’hui le besoin de vous expliquer mon ressenti sur l’écriture.

 

À vrai dire, toutes  ces élucubrations sur mes mots ne sont qu’un préambule pour vous parler d’un sujet radicalement différent.

Vous savez que j’ai passé il y a quelques mois un séjour dans une clinique pour gros.

J’ai continué tant bien que mal mon régime par la suite. Et puis vous n’en avez plus du tout entendu parler. Vous vous doutez, sans doute, grand devin que vous êtes, que pas de nouvelles, en instance, ne signifie guère bonne nouvelle quant à ma surcharge pondérale.

J‘ai perdu en tout 9 kilos et repris 4 kilos en grosso modo cinq mois.

J’ai décidé,  il y a quelques semaines, de faire une fenêtre dans ma thérapie. J’ai donc arrêté momentanément d’aller voir la psychologue. Je pourrais vous donner les raisons qui m’ont poussée à le faire, mais c’est une autre histoire…

Cette fois, vous me voyez sans doute venir…

 

Coucher mes mots, aujourd’hui, est une manière de substituer la séance chez le psychologue.

Vous le savez, j’ai parfaitement joué et sincèrement joué le jeu de la thérapie depuis plusieurs années sans pour autant adhérer à un courant qu’il soit lacanien, freudien, etc. etc. . J’ai toujours considéré cette thérapie comme un espace « fabriqué » de parole. La psychologue était alors une oreille neutre, sans affect ; la séance un endroit, un moment, un espace où mes  mots étaient libres.

A chaque fois que la psychologue m’interrompait pour me dire certaines choses auxquelles j’adhérais ou  pas, j’avais l’impression que cette liberté était momentanément rompue et que, de fait, le fil de mes pensées ainsi que celui des conséquences, des conclusions, des actes éventuels qui en découlaient en était perturbé.

Si je n’ai adhéré clairement à aucune tendance psychanalytique, je me suis créée une thérapie à ma mesure, basé sur le fait que je suis la seule et l’unique maîtresse de mes pensées, la seule et unique maîtresse de mes actions, la seule et unique maîtresse, en un mot comme en cent , de ma vie.

Partant de là, les conseilleurs n’étant pas les payeurs, j’ai toujours conservé mon sens critique, sans pour autant fermer des portes, lors que certains psychiatres ou psychologues portaient des jugements sur ma vie ou sur ma manière de l’appréhender. Je n’ai pas refusé d’entendre ou écouter, je pense même avoir réfléchi avec honnêteté à certaines choses qui m’ont été dites.

Cependant, après huit ans de thérapie, je me rends compte que ce qui pour moi à de l’importance, c’est de trouver un espace de liberté où je peux laisser mes pensées, mes mots hurler autant qu’ils le veulent sans que quiconque en prenne ombrage, sans blesser qui que ce soit, tout en ressentant la merveilleuse libération du mot qui prend vie.

Se libérer du mot à plusieurs significations, ce peut être simplement mettre en forme certaines pensées, et de ce fait restructurer certains domaines de sa vie en les éclairant de manière différente ;

Ce peut être aussi poser des mots quasi au sens propre, c’est-à-dire, s’en débarrasser afin qu’ils ne vous encombrent plus ou du moins beaucoup moins.

 

Mon but, en écrivant cet article, était de poser des mots sur quelque chose qui encombre ma vie depuis que j’ai environ huit ans : ma manière de considérer l’alimentation.

Seulement voilà, j’écris, j’écris et deux pages plus loin, je me suis perdue dans les méandres d’une pensée vagabonde qui n’a pas toujours l’envie d’être absolument structurée.

C’est là un axiome de la thérapie que j’ai compris. Alors que je m’autorise à ne pas trop gendarmer ma pensée afin qu’elle reste intelligible, je laisse une petite part à mon inconscient, il est sans doute le responsable, effleurer la surface.

 

Quelques heures ont passé depuis le début de la rédaction de cet article, les pensées elles aussi ont bien sûr changé et il semble acquis que ce n’est pas encore aujourd’hui que je vous parlerai de mes états d’âme alimentaires.

Entre-temps, j’ai fait une rencontre très surprenante et qui je pense sera très intéressante.

 

Alors que je suis obèse, alors que je suis diabétique, alors que tout le monde s’accorde à dire que je devrais faire de l’équilibre alimentaire un des sujets prépondérants de ma vie, d’évidence, je n’y arrive toujours pas.

Il faudra pourtant que je prenne le temps d’y réfléchir, d’analyser et de comprendre ce quasi refus d’admettre la présence de ce diabète dans ma vie.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle Cassou - dans états d'âme
commenter cet article

commentaires

voyance gratuite en ligne par mail 30/08/2016 10:59

Votre travail m’a beaucoup surpris car ça fait longtemps que je n’ai pas trouvé comme ce magnifique partage.

.......................... 20/05/2012 18:44


hello...ne vais rien écrire....

isabelle Cassou 20/05/2012 21:37



merci de ton passage douce soirée à toi



écureuil bleu 19/05/2012 20:39


Tu écris très bien, Isabelle et tes états d'âme sont agréables à découvrir, même si c'est difficile pour toi...

isabelle Cassou 20/05/2012 21:23



les écrire n'est pas très difficile, puisque quelque part, c'est aussi une manière de m'en délivrer.


Merci d'avoir eu la gentillesse de les lire, douce soirée à toi Brigitte



Nina 18/05/2012 18:13


D'abord, j'aime beaucoup ton blog parce qu'il sent l'authentique et aussi j'aime son design, en un mot, il est parfait, en tout cas pour moi.


Voilà comment j'analyse la situation : tout le monde n'est pas fait du même moule. Et certains moules sont moins productifs que d'autres. Ce que je crois -mais je peux me tromper-, c'est que tu
es issue de ce genre de moule et tu as pris du temps pour t'en rendre compte parce que ceux qui sont issus d'un moule plus productif et qui en théorie devrait t'aider en prendre conscience, n'ont
en réalité qu'un seul but : vendre leur salade pour pouvoir manger et il ne se préoccupe pas de savoir si l'autre a un espace pour vendre sa salade. On en est tous là : on doit tous trouver un
moyen pour vendre sa salade parce que on a tous besoin de manger. Le seul soucis, et peut-être que ton problème viens de là -c'est en tout cas mon hypothèse-, c'est que certaines salades sont
tellement délicates qu'elles ne peuvent s'adresser qu'à des palais délicats sous peine de passer pour inconsistante ou pas assez nutritive...


Pour terminer, souviens toi de ce que je t'ai dit lorsque j'ai accepté ta demande d'ajout. Et merci de le garder pour toi !


Amitiés virtuelles,
Nina. 

isabelle Cassou 20/05/2012 21:15



merci pour ta gentillesse. J'ai fait très longtemps partie des « archi productifs », le problème est qu'à vouloir trop l'être, un jour, je me suis écroulée. Alors depuis, pour ma survie, j'ai
décidé de ne plus manger n'importe quelle salade ! parce que maintenant je le sais, je suis fragile et je suis la seule réelle garante de ma survie.


encore merci Nina pour ce joli mot qui me va droit au coeur. Je t'embrasse très fort et te souhaite une très douce soirée.



autobiographie 15/05/2012 12:45


Rencontre intéressante?


En tout cas, tu as raison: écrire, c'est hurler en silence.
Ben... je vois que tu écris non pas tes états d'âme mais ton manque ... d'appétit pour accepter un régime alimentaire.
Diabète? Rhâ!!!!


Bises


Gigri

isabelle Cassou 20/05/2012 21:07



une jeune femme chinoise qui s'apprête à faire une thèse sur le feng shui.


Hé oui un diabète, c'est ce qui devrait m'obliger à être plus sérieuse et que pourtant, je n'arrive décidément pas à prendre au sérieux



Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis