Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 05:51

 J. +11 Koh Tao le 20 mars 2011

Il y a un temps pour tout, un pour la découverte, un pour le repos, le calme, le lâcher prise.

J’ai lu quelque part dans un guide que rien ne sert de s’énerver en Thaïlande, car la plupart du temps c’est alors que la personne en face, met encore moins de bonne volonté à aller dans votre sens – ce que je conçois assez bien finalement – et que je vais expérimenter par la suite.

Bref, tout ça pour dire que j’ai pas mal bourlingué dans Koh Samui, mais d’entrée de jeu, je sais qu’ici, je vais peu bouger.

Le point fort de l’île, ce sont ses criques, ses plages et je suis à quelques mètres de l’une d’elles.

Passant dans la mer environ 2 :00 en plongée, et rougissant comme un homard bouilli dès que le soleil touche ma peau, je ne suis pas une grande adepte de plages ensoleillées à gogo, en contrepartie, j’apprécie volontiers de rester avec un bon bouquin dans un endroit ombragé, me permettant de faire un petit plongeon de temps en temps dès qu’il fait un peu chaud et il se trouve que cet hôtel possède non seulement une plage mais aussi une ravissante piscine avec de non moins ravissantes chaises longues.

 

Un petit incident vient cependant contrarier mes plans de farniente, je viens de me rendre compte que ce n’est plus mon passeport.

Je suis certaine de l’avoir eu en mains deux jours plus tôt en changeant quelques euros.

Étonnamment, je prends ça avec philosophie et me dit que, après tout, la France est un beau pays, bien organisée, possédant une ambassade en Thaïlande qui doit savoir gérer ce genre d’événement.

Pour de vrai, je m’en veux un peu de mon étourderie et craint pour la suite du séjour. L’ambassade est fermée pour le week-end, sauf en cas d’extrême urgence, ce qui n’est bien sûr pas le cas.

 

J’avoue que quelquefois je mets un peu de temps à réaliser que, dans nos vies, il y a maintenant le dieu : Internet.

Et en quelques clics, me voilà sur le site du consulat de Thaïlande, disant clairement toutes les démarches à entreprendre en cas de perte ou de vol de passeport.

Cela me rassure plus ou moins car je dois prendre rendez-vous afin que l’ambassade me fasse une sorte de laissez-passer provisoire pour que je rentre en France.

J’attendrai lundi pour appeler le consulat et connaître les délais exacts pour l’obtention des documents.

 

En attendant me voilà partie au poste de police locale, afin d’établir un certificat de perte de mon passeport et de mon permis de conduire.

Je suis reçue dans un petit bureau climatisé dans le charmant jeune homme en T-shirt et en jeans, qui met quelques minutes à trouver le bon formulaire que je remplis.

Il remplit à son tour un formulaire de perte en Thaïlandais – ce qui fait que maintenant, je sais comment s’écrit mon nom en thai ! – qu’il me remet très gentiment.

Entre-temps, un collègue, je suppose, qui amenait une très jolie cage à oiseaux, est entré dans le poste de police et nous avons bavardé sur la France et sur l’appareil photo que je portais sur moi.

Quelques minutes après, je ressortais du poste de police muni du précieux papier à remettre à l’ambassade et ce à la bonne franquette…

En revenant à l’hôtel, je suis passée devant une petite boutique à l’ancienne, du genre de celles qu’on croise à Rodrigues, sorte de Samaritaine où l’on trouve tout, et qui nécessairement est tenue par un monsieur chinois.

Il a une bibliothèque assez impressionnante de livres en tous styles et tous genres, mais surtout en toutes langues et il se fait un plaisir de me dire qu’il rachète volontiers tous les livres à bas prix afin de les revendre…

Je trouve l’idée très rusée et intelligente…

 

Je vais faire un petit tour au club de plongée en taxi, rendez-vous est pris pour le lendemain…

 

Lecture du jour : « Scriptorium » de Paul Auster

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle Cassou - dans cahier de voyage Rodrigues
commenter cet article

commentaires

Dany 23/03/2011 21:38



Bonsoir Isabeau , avant toute chose, merci de tes mots sur mon blog qui m'ont beaucoup touchée.


Ensuite je vois que ce fut l'aventure pour toi, ma belle -fille a vécue elle aussi une histoire de ce genre elle avait perdue son passeport
(en France) je te dis pas l'angoisse pour le refaire car elle n'avait pas sa carte d'identité et son passeport avait été délivrée à Tahiti!!! 


Il faut donc toujours avoir une copie afin de prouver la propre identité!! Bisous 


Dany



Opium 23/03/2011 18:13



Ne profite pas d'être au loin pour perdre autre chose...


Et je vois qu'on a à faire à une femme... Elle perd ses papiers, mais pas sa carte de crédit...


Aller, ne t'inquiète pas, je suis certain que tout va rentrer dans l'ordre, calmement...


 



Armide+Pistol 23/03/2011 14:14



Quelle tuile vient asombrir ta journée ! J'ai pris l'habitude de ne porter sur moi que la photocopie de mon passeport et le place dans un coffre. Beaucoup trop de vols quand on voyage. 


J'ai envie d'adopter l'attitude thai : ralentir quand quelqu'un s'énerve me parait une réponse polie au strass qu'on nous impose en occident.



Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis