Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 13:31

J. +12 tao le 21 mars 2011

8 :30, je téléphone au consulat, une dame m’explique que, n’ayant pas de papier prouvant ma nationalité française sur moi (par exemple photocopie du passeport ou de la carte d’identité), je dois me présenter au moins 48 heures voire trois jours avant mon départ afin qu’une recherche soit faite en France. Je prends rendez-vous pour mercredi,  soit dans deux jours, sachant que ma semaine à Koh Tao se trouve alors fort compromise.

Je descends petit-déjeuner avec toutes les réservations d’avion tentant de réfléchir calmement à la situation. N’étant pas tenue de rentrer à date fixe, Le plus simple plutôt que de changer les réservations d’hôtel, de bateaux, d’avion jusqu’à Bangkok, reste de changer simplement la date du retour vers la France.

Je descends alors vers la réception où se trouve une charmante jeune fille que j’ai vu à l’œuvre le jour de mon arrivée où j'ai pu constater que malgré un sourire constant, elle n’est pas trop du style à se prendre la tête !

Bien que l’hôtel possède des téléphones dans les chambres, il est impossible d’y passer des appels extérieurs, je lui demande alors d’appeler la compagnie aérienne, à Bangkok, afin de retarder mon retour.

j'ai bien sur mon portable, le problème est que il n'accepte pas les cartes locales, donc si j'appelle Bangkok avec celui-ci, cela me coûte exactement la même communication que si j'appelais de Paris.

Elle prend alors son portable, sans doute celui de l’hôtel, et après deux tentatives infructueuses, me dit tout gentiment : «  désolée, je n’ai pas de réseau ». OK, OK, me suis-je dit, voilà un hôtel qui n’a pas de téléphone !

ce n'est pas de chance !

Je me suis souvenue des recommandations sur l’usage du verbe haut en Thaïlande, et J’ai pris mon portable qui fonctionnait à merveille et j’ai pu changer ma date de retour.

le petit mot reçu par la suite par Orange, mon fournisseur mobile, me prévenant qu'il me faudrait maîtriser ma consommation, et me précisant le montant de mon dépacement de forfait, me fit bénir la charmante jeune fille sus nommée.

Je mentirais en disant : hélas, lmais, cee premier vol à siège disponible retarde mon départ de six jours que je passerais bien sûr à Bangkok.

Quelle est dure la vie !

 

Ayant géré tout cela avec un grand calme, à 12 :15, devant la réception j’attends le taxi qui doit me conduire au club de plongée, j’attends les 10 minutes réglementaires imposées par la politesse et je retourne voir la toujours aussi charmante jeune fille  qui prend son téléphone, mais oui mais oui, afin d’appeler le taxi qui doit arriver dans cinq minutes, no comment !


Le taxi me conduit au club où je pose mon sac et où on me reçoit très gentiment et au bout de quelques minutes,  je finis par demander quand nous partons et en fin de compte je me rends compte que le bateau est déjà parti.

Il y a des jours comme ça où il faut être dans l’acceptation (comme dirait l’autre, private joke), j’ai eu droit à de plates excuses pour ce retard et ce raté, et là encore avec un calme et une philosophie qui m’étonne moi-même, je me suis dis et je leur est dit :  «  demain sera un autre jour… ».

 

J’ai donc passé un après-midi calme et détendu au bord de la piscine jusqu’à la dégustation d’un smoothie aux fruits mélangés en regardant le soleil se coucher doucement sur l’horizon, sur les barques, sur la plage, sur la mer…

 

 

PS : je lis avec le plus grand plaisir tous vos commentaires, mais étant assez peu sur le net, je ne peux y répondre, sachez toutefois qu'ils me ravissent et que je ne manquerai pas  d'y faire écho à mon retour ....

merci à tous et n'hésitez  pas à me laisser quelques mots sur ces souvenirs thaïlandais impromptus...

je reviendrai vous rendre visite sur vos blogs à mon retour.

n'en doutez pas, ils me manquent ...

Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle Cassou - dans cahier de voyage Rodrigues
commenter cet article

commentaires

Quichottine 23/03/2011 23:18



Je ne peux pas m'empêcher de rire devant le commentaire d'Yvon... Non mais, c'est vrai... tu aurais pu prendre garde à tes affaires plutôt que de te plaindre de ceux qui n'y pouvaient rien...


 


Je plaisante. Finalement, tu t'en sors plutôt bien.


Profite de la fin de ton séjour...



Njord 91 23/03/2011 20:08



Bon courage à toi


Etre obligé de rester au bord d'une piscine cela doit d'être dur



Opium 23/03/2011 17:27



être obligée de prolonger son sejour de six jours à Bangkok, je reconnais que cela doit être terrible comme punition...


Cela t'apprendra à faire attention à tes affaires, petite étourdie...


Et dis toi que la prochaine fois cela peut aussi bien t'arriver au fin fond de la Corréze...
L'accueil de l'hôtel ne sera pas plus efficace...
Les gendarmes certainements moins aimables...
Et en ce qui concerne le coucher de soleil au bord de la piscine, je te laisse rêver...


Sois prudente pour ta fin de séjour...
à moins que tu ne tiennes à retourner voir ton beau policier en Tee-shirt de l'épisode précédent...


 



Armide+Pistol 23/03/2011 14:17



Il est bon de se départir de toute tension. Ces aventures font partie du voyage. Ton attitude est la bonne.  La journée, somme toute a été agréable.



Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis