Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 05:26

J +2

Il est environ 22 :00, je rentre dans ma chambre après avoir dîné (indice) :

Un délicieux curry de poissons au basilic avec du riz

Une assiette de pastèque et papaye.

 

Je joue de malchance ; les dieux d’Internet ne sont pas avec moi, alors que j’ai fait les choses dans les règles soit : acheter une carte d’accès Internet, une clé USB afin de transférer textes et photos,

Voilà que l’ordinateur de l’hôtel refuse ma clé USB, grrrr

 

Même pas grave, je continue à écrire bravement ma saga, advienne que pourra, je posterai mes articles quand la technique suivra, …

 

En arrivant à l’hôtel ce matin, mon premier bonjour a été pour la douche, puis j’ai enfilé mon maillot et plouf : dans la piscine, quel délice : un bon 28 °C minimum, le tout entouré d’une végétation à base de cocotiers et de buissons fleuris.

C’est à ce moment précis que l’on arrête pour de bon de regarder sa montre.

Je ne sais pas si vous avez la même approche, mais une chose me saute toujours aux yeux dans les pays très chauds, c’est cette manière qu’ont les gens de faire les choses avec calme et le plus doucement du monde. Les premiers jours, on se surprend à une légère impatience, puis, la chaleur aidant, on se met au diapason et on avance tout doucement, sans se presser et quel bonheur !

 

Voyager, c’est mettre en éveil tous ses sens, la vue et bien sur immédiatement sollicitée : puis l’ouïe : alors que je barbotais, des oiseaux en tout genre et d’insectes sans doute de la famille des grillons m’ont gratifié d’un magnifique concert , symphonie naturaliste inimitable ; l’odeur est une des belles caractéristiques d’un pays, ici, plane une odeur de fleurs peut-être du jasmin, le linge en est imprégné et la douce odeur emplit l’air avec bonheur, puis viennent les épices plus fortes, plus intenses que l’on croise un peu partout au gré des échoppes qui proposent 1000 mets.

 

Aujourd’hui, je suis partie sur la route, sans but, juste une première prise de contact avec une île

(indice) que je découvre.

Certains guides prétendre que conduire ici est un peu risqué, j’ai connu des pays bien pires, reste qu’il faut être très attentif, surtout aux scooters ou aux motos qui sont de véritables  engins familiaux.

La conduite se fait à gauche (indice), un coup à prendre, il suffit de suivre le mouvement.

 

Il semble que l’île soit en plein essor, nouvel eldorado touristique, qui apporte, malheureusement, son lot de constructions plus ou moins sauvages, qui dénaturent ô combien ce qui fut sans doute il y a quelques années, un véritable paradis.

En regardant de plus près une carte, j’ai emprunté les chemins les plus courus par les marchands du temple du T-shirt tout genres, tous styles (indice), très belles imitations de ce que l’Europe fait de mieux…

 

Il est tard, mes yeux commencent à réclamer du repos, le rythme agréablement ralenti,t le soleil se couche tôt, le soleil se lève tôt, et bien malgré soi, on est à chaque fois tenté de le suivre le plus naturellement du monde.

 

Vous avez trouvé ?

Demain j’enlève le, oops, pardon, demain je vous dis tout…

 

Suite au prochain épisode….

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle Cassou - dans cahier de voyage Rodrigues
commenter cet article

commentaires

Quichottine 19/03/2011 16:36



Tu es sur une île en Asie... J'espère que tu vas bien.



Armide+Pistol 18/03/2011 16:28



Un tel changement de décor, de climat, d'habitudes nous laisse aussi démunis qu'un bébé.



Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis