Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 13:37

J. +5 Samui le 14 mars 2011

Je me suis écroulée de bonne heure hier soir, il est 5 :00 ce matin je pète la forme…

J’écris un peu en attendant que l’on vienne me chercher pour une journée plongée.

Départ 7 :00 pour deux plongées consécutives, remise en jambes puisque je n’ai plus plongé depuis environ trois ans.

Nous sommes transportés dans une sorte de camionnette ouverte sur l’arrière. Nous faisons le tour de quelques hôtels avant de nous rendre dans le centre de plongé proprement dit. De là nous partons vers l’embarcadère. Le bateau est assez grand nous somme environ 16 plongeurs pour huit instructeurs. La patronne du club est allemande, l’organisation est carrée ce qui est une très bonne chose.

 

Dès l’entrée sur le bateau, les palanquées sont définies.

Je plonge, pour ma part, avec Günter – dont le regard ferait pâlir le plus joli bleu de tous les plus beaux lagons du monde- ce qui en soi, j’en conviens, n’est pas nécessairement un gage de qualité en matière de plongée, mais bon c’est un petit plus qui n’est pas pour autant désagréable !

Le petit déjeuner nous attend, chaque instructeur fait connaissance de ses plongeurs.

Puis le temps de la navigation, c’est-à-dire plus de 2 heures, chaque instructeur prépare avec ses plongeurs le matériel et ce qui m’apparaissait avant Comme étant peut-être un peu trop commercial, m’apparaît aujourd’hui plutôt reposant soit : ne pas avoir à porter les blocs , avec l’âge, on accepte plus volontiers d’être aidée et mon mauvais dos me rend de plus en plus raisonnable.

Avant d’arriver sur le lieu de plongée, Günter me fait un briefing, la visibilité sera sans doute très moyenne et nous adapterons la plongée en fonction d’elle.

Nous plongeons sur « saling rock », soit un gros rocher se présentant de l’extérieur comme à une sorte de monticule. La plongée consiste à faire le tour En définissant la profondeur en fonction de visibilité.

Celle-ci est exécrable soit environ 2 m et au bout de 10 minutes, j’avoue m’être demandée si cette plongée n’allait pas faire partie du cercle excessivement fermé des plongées nulles que j’ai pu faire c’est-à-dire une seule ayant eu lieu au Grau-du-Roi en Méditerranée.

Au vu de cette visibilité négligeable, nous avons continué la plongée à une profondeur moindre et alors nous avons pu apercevoir quelques petites choses sympathiques…

L’endroit semble très poissonneux : joli petit banc de carangues, des myriades de petits poissons volants en ban au gré du ressac auprès de la roche.

La plongée dure plus de 40 minutes et m’a permis de déverrouiller mes palmes qui n’avaient pas pris l’eau depuis quelque temps.

J’ai également pu me rendre compte que faute d’avoir croisé le beau regard azur de ce cher Günter, je me suis pris dans la tronche quelques coups de palmes bien sentis sans que le susnommé ne s’en soit vraisemblablement rendu compte.

Leçon à retenir : garder ses distances avec le beau Günter !

 

Un déjeuner Germano-thai nous attendait sur le pont supérieur du bateau où l’ambiance commençait à se réchauffer un peu.

Les clients sont principalement allemands, j’ai fait la causette avec un Suédois, j’étais la seule Française.

Petit détail qui sans doute m’échappait encore il y a quelques années, étant moi-même pratiquante, le bateau s’avère être exclusivement ou presque fumeur et je suis effarée de les voir fumer d’un bout à l’autre de la sortie cigarette sur cigarette.

Mais bon, nous sommes en plein air, et ce sont leurs poumons…

 

La deuxième plongée se fera sur une profondeur moindre maximum 9 m, sur un fond sablonneux parsemé de roches et de coraux et cette plongée prouva s’il en était encore besoin, que la profondeur en la matière n’est absolument pas gage de qualité.

La visibilité est meilleure bien que l’eau soit encore très chargée en particules en suspension.

Nous croisons, au gré de notre promenade d’environ 50 minutes, des papillons, des cochets, des perroquets, une très belle murène, des bandes de petits poissons colorés, quelques crabes bien cachés, quelques holothuries, deux très jolies limaces blanches et orangées ainsi que leurs pontes.

De très belles anémones couvrent totalement certaines roches.

La plongée est globalement très agréable et me permet de me re familiariser avec l’océan et ses dessous.

 

Le matériel rincé, nous remontons sur le pont supérieur afin d’y déguster quelques fruits et nous rentrons après une longue navigation.

Je fais la bêtise de m’endormir sur le pont et la couleur de mes bras et jambes ne me dit rien qui vaille…

Günter vient gentiment me saluer, je replonge mercredi.

 

Suite au prochain épisode…

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle Cassou - dans cahier de plongée Rodrigues
commenter cet article

commentaires

écureuil bleu 20/03/2011 18:11



Ton récit captivant me rappelle mon opération du pouce par un beau jeune homme aux cheveux longs. Mieux aurait valu le vieux professeur parti au ski. Bisous



Armide+Pistol 20/03/2011 02:42



La plongée est une activité que je n'oserais pratiquer. Mais que tu décris tellement bien qu'on imagine les beautés qui se trouvent sous l'eau.



Quichottine 19/03/2011 16:40



C'est chouette de savoir plonger...



Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis