Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 13:53

Mardi 15 mars 2011, Samui

La journée s’annonce tranquille. Je me lève vers 10 :00, petit déjeuner rapide, j’écris un peu, histoire de me mettre à jour dans le récit de ma saga Thai.

Je quitte l’hôtel en tout début d’après-midi, et l’envie me prend de manger un très bon repas thai. Je m’arrête dans un restaurant du bord de mer. Je m’installe à une table qui surplombe la plage. Quelques baigneurs, épars, s’amusent dans l’eau.

La plage est habillée de gros rochers superbes qui confèrent à l’ensemble du paysage beauté et calme.

Je commande un jus de fruit frais qui est un vrai délice, puis un rouleau de printemps qui s’avère être une sorte de nem servie avec une sauce sucrée, très sirupeuse. Ensuite je déguste un crabe au curry jaune indien accompagné de riz blanc. Dans la sauce, se fondent, oignons, morceaux de piment rouge, petites branches de céleri encore croquantes, petits oignons grelots blancs presque crus.

Les épices accompagnent à merveille la chair dense et gouteuse du crabe alors que le riz adoucit la force du piment.

Je finis ce festin de roi par un thé chinois au goût très fumé.

Cette pause gourmande me laisse un peu rêveuse je pars, à vue, sur les routes de Koh Samui. Je me laisse guider par le hasard et me retrouve finalement tout près d’une chute d’eau, la plus haute de l’île : 80 m.

Je pose my Toyota au parking et m’offre une spécialité locale soit 30 minutes de balade sur le dos d’un éléphant.

J’avoue que les sensations sont assez amusantes. J’enlève mes chaussures afin de sentir sous mes pieds la peau épaisse et rugueuse de l’animal, elle est tiède, et d’un toucher plutôt agréable.

L’animal va clopin-clopant alors que le jeune homme qui conduit l’attelage chante gaiement se servant de son bâton comme d’une guitare. Nous doublons dans la jungle un jeune couple indien mal à l’aise, semble-t-il ennuyé par l’odeur forte de l’éléphant. Ils demandent désespérément à descendre, mais nos guides respectifs font la sourde oreille. Leur anglais est effectivement très approximatif, peut-être ne comprennent-ils pas ?

Lors de cette promenade surprenante et exotique, nous croisons deux magnifiques et énormes spécimens d’araignées, très haut perchées.

Etant totalement phobique je les toise avec méfiance, clairement impressionnée par leur taille. La peur amuse mon guide qui se tordant de rire sur son éléphant crie à qui mieux mieux : «hum, miam miam, barbecue ! ».

Je ne sais pas si l’habitude est ici de manger les araignées, j’ai cependant vu sur le marché quelques bestioles sympathiques du genre gros vers, sauterelles séchées etc…

 

Une voiture safari n’amène plus haut dans la montagne afin de voir la fameuse chute d’eau.

Les derniers 200 m se font à pied sur une route abrupte, grimpant ou milieu d’un jardin d’orchidées plus ou moins sauvages, de toutes formes et toutes couleurs. Les plantes sont accrochées telles des parasites aux arbres.

Le bas de la chute forme un bassin d’eau fraîche, agréable par cette chaleur torride, où il fait bon se baigner.

La chute est magnifiquement encadrée par une nature tropicale exubérante.

Un mélange d’eau qui coule, d’insectes, d’oiseaux chantent alors qu’il fait si bon se rafraîchir dans ce bain bienfaiteur.

Il est temps de redescendre, le jour commence déjà à s’étirer…

 

Retour vers l’hôtel, la piscine est toujours aussi privée et je peux m’y débattre seule en regardant le jour s’échapper.

Je m’écroule très tôt

 

Lecture du jour :  «d’un pas tranquille» de Anne Bragance

Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle Cassou - dans cahier de voyage Rodrigues
commenter cet article

commentaires

écureuil bleu 20/03/2011 18:07



Waouh ! Quelle balade ! Je suis montée à dos d'éléphant en Thaïlande. Je n'étais pas rassurée : c'est haut !



Armide+Pistol 20/03/2011 02:37



Un récit tellement vivant que je me laisse transporter dans ces découvertes. 


L'aventure peut parfois rappeler certains épisodes d'Indiana Jones (culinaires, notamment).


Je viens de tenter une expérience dans un restaurant thai à Paris : endroit minuscule, mais très calme, très zen, nourriture excellente et service attentionné. Mon impression a été très
favorable.



Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis