Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 18:09

 

 

 

 

botero056.jpg

 

 

 

À midi, nous avons une invitée à notre table.
Le repas se passe quasiment en silence. A sa fin, comme il est souvent de coutume, les langues finissent par se délier.
Cette jeune femme nous raconte un parcours assez fou.
À 18 ans, alors qu’elle n’a pas de famille pouvant la conseiller, des médecins lui proposent un traitement expérimental contre son obésité : ce médicament s’appelle isoméride. Elle signe un protocole dégageant les médecins de toute responsabilité quant aux effets secondaires pouvant survenir. Le test se fait bien sûr à l’aveugle et elle n’a aucune connaissance du nom de la molécule.
Au début, le suivi est régulier mais le temps faisant, les effets secondaires s’installant avec force et le suivi se fait plus rare.
Elle se retrouve tellement détraquée de toutes parts qu’on finit par multiplier les traitements y compris antidépresseurs.
Ne sachant plus quoi faire, elle finit par stopper absolument tout traitement. Elle se sent alors bien mieux.
Ses copines de travail  lui racontent qu’il existe maintenant un médicament « miracle » et la voilà qui le réclame à son médecin.
Alors qu’elle prend le premier comprimé, sans savoir bien sûr qu’il s’agit du même médicament, ces symptômes reviennent immédiatement.
Martine est alors une jeune fille assez timide, et si elle prend conscience qu’elle a servi de cobaye pour un médicament aux effets secondaires plus que dangereux, elle sait également qu’elle n’a aucun recours juridique.

Par la suite, Martine se trouve atteinte de douleurs quasi chroniques, tous les médecins qu’elle verra alors mettront systématiquement les douleurs sur le compte de l’obésité, Martine oscille entre 150 et 170 kilos.
Il lui faudra patience, hasard, obstination, chance pour trouver enfin un rhumatologue qui posera le diagnostic et bien sûr le traitement adapté à une maladie totalement indépendante du poids.
En clair, alors que vous êtes obèse morbide, vous vous retrouverez dans la vindicte médicale comme étant victime de cette obésité et atteint de tous les détraquages que cette maladie peut induire. Mon propos n’est pas de prétendre que l’obésité est sans risque, mais, et c’est ainsi que Martine l’a vécue, alors que vous êtes obèse, le corps médical se fixe sur cet excédent de poids au détriment de tout le reste.
La vie de Martine change du jour au lendemain alors que ses douleurs disparaissent en grande partie.
Martine nous raconte quelques épisodes totalement délirants.
Un médecin lui dit un jour qu’elle ment lorsqu’elle prétend ne pas manger en excès et pour preuve, il lui tient ce discours : «  Mme, il n’y avait aucun obèse dans les camps de concentration. »
Un autre la reçoit pour un problème au niveau de ses articulations. Affable, il lui demande s’il peut photographier ses jambes. Elle accepte volontiers. Il en semble ravi.
Martine lui demande alors ce qu’il peut faire pour elle. Il lui répond de but en blanc : « Madame, la médecine ne peut pas faire de miracles, il n’est pas nécessaire que je vous revois, je ne peux rien faire pour vous. »
Ce genre d’expériences Martine va les vivre tout au long de 30 ans d’obésité.
Et au Fil des ans alors qu’elle se définit comme une femme gentille, se développe chez Martine, une grande méfiance vis-à-vis du corps médical.

Martine croise un jour Anne Zamberlan et devient membre de sa troupe de danseuses. Alors qu’elle danse très régulièrement avec cette troupe elle pèse 150 kilos.
Un jour, Anne et elle se rendent à un congrès européen sur l’obésité. Elles y participent en tant que partie prenante des thérapeutiques proposées aux obèses morbides ces  dernières années. Alors qu’un des anciens médecins de Martine tente de mettre sa parole en doute alors qu’elle évoque l’échec de toutes ces thérapeutiques (dont des régimes hypocaloriques stricts), deux autres se lèvent et s’interposent. Ils reconnaissent publiquement l’échec total de tous les traitements, de tous les régimes mis en place alors, et s’excusent que la médecine n’ai pu trouver une solution efficace et acceptable pour ces personnes en surpoids.
Une grande amitié la lie à Anne, elle se ressent dans ses propos et dans la manière dont son visage s’éveille en parlant de leurs souvenirs communs.

Martine a aujourd’hui 47 ans, tout au long de son parcours dans l’obésité, elle a évolué, son caractère a changé. Elle a compris que prendre pour argent comptant ce que la médecine tente de nous vendre n’est pas nécessairement la meilleure solution.
Martine ne nous a pas dit son poids et qu’importe, mais depuis quelques mois, alors qu’elle a appris plusieurs décès, elle reprend un kilo par mois de manière régulière.
Elle a gravement souffert du fait d’avoir été un cobaye.
Une partie du corps médical lui recommande, maintenant, plus que vivement une intervention chirurgicale de type anneau gastrique ou by-pass. Martine en veut énormément à ces médecins qui un jour ont joué avec sa santé alors qu’elle n’était qu’une jeune fille de 18 ans seule et sans défenses.
L’idée, aujourd’hui, de subir une intervention très lourde, dont les conséquences restent encore, faute de recul, floues et incertaines, lui est insupportable. Ce refus la confronte encore une fois au corps médical qui l’estime stupide et sans fondement.

Nous étions quatre à table, l’histoire de Martine nous a émues et beaucoup interpellées.
Martine a aujourd’hui assez de recul pour analyser toute son histoire.
Elle travaille, elle vit seule et sans aide, assure son ménage et ses tâches quotidiennes seules.
Elle est fière de cette indépendance car elle est très rare chez des personnes de son poids, nous dit-elle.
 Elle s’estime battante, fait un gros travail sur elle-même, cherche à comprendre, trouve parfois des réponses.
Elle a tout à fait conscience que ces réponses, si elle lui ouvre des portes, ne résoudront par son problème.
La mort est là, elle rôde, et Martine le sait et se demande si elle n’est pas tout simplement en train de  l’attendre.

J’ai été vraiment très contente de croiser Martine.
C’est une femme bouleversante, fragile, qui ne sait plus trop bien où va son chemin, qui doute, mais qui pourtant, continue à chercher.
Son histoire est, hélas, très représentative de ce que peut être la vie d’un obèse depuis 30 ou 40 ans.

Martine nous a mis en face d’une réalité dure.
 Elle dit elle-même, être plus souvent en confrontation avec des personnes en surpoids car l’image miroir qu’elle offre à l’autre fait peur.
Le médecin, lui, est dans bien des cas atteint d’une forte culpabilité de n’avoir pu ou su résoudre son problème, il est bien plus simple alors de la transmettre à son patient.

Voilà, j’avais envie de vous raconter aujourd’hui une vie hors du commun. Il a fallu à Martine un certain nombre d’années pour comprendre que bien que la société ne veuille que des personnes normées, elle est et doit accepter être une personne hors du commun.
J’ai rencontré une femme riche, meurtrie et pourtant, dans ses yeux, une belle flamme de vie scintillait.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by isabelle Cassou - dans il était une fois
commenter cet article

commentaires

écureuil bleu 28/02/2012 20:53


Tu traces un beau portrait de cette femme pleine de vie. C'est horrible de se servir d''humains comme cobayes. Bisous

isabelle Cassou 01/03/2012 16:58



nous avons passé environ une demi-heure avec cette femme, et nous étions toutes extrêmement bouleversées par son histoire.


Si son corps n'a guère changé, elle aura appris avec le temps à se protéger un peu plus, par ce que, hélas, la vie lui aura appris que c'est une obligation.



Qichottine 31/01/2012 19:16


Cette rencontre est très émouvante.


Je n'ai plus aucune confiance en la médecine, depuis longtemps... et pourtant je sais que certains médecins font encore ce qu'ils peuvent pour pratiquer une médecine où ils ne joueraient pas aux
apprentis sorciers.


 


Merci d'avoir partagé avec nous ces moments si riches.


Passe une douce soirée. Bisous.

isabelle Cassou 31/01/2012 22:32



certains oui et en ceux là j'ai confiance. cependant, j'écoute et n'accepte pas tout pour argent comptant.


cette rencontre était assez incroyable et quelle femme !!!


bisous quichottine



Opium 31/01/2012 10:21


Aller, je vais me mouiller...


L'Histoire de Martine, est si j'ose dire triste et gaie à la fois...


Triste quand on mesure les risques pris par Martine pour rester "dans la normalité" et l'indifférence pour ne pas dire l'incompétence de certains membres du corps médical...
Nous leur confions nos vies, et ils en font ce qu'ils veulent, y compris prendre des patients parfois comme cobayes, souvent comme otages...


Gaie car malgré tout et tous Martine a pris sa vie à deux mains et elle avance...
"Elle assure" comme on aime le dire aujourd'hui, même dans ses doutes...


ALors, je ne peux que lui souhaiter "Bon Courage", mais cela n'est plus suffisant, alors aussi "Bonne chance" dans sa démarche...


Et quand je pense qu'on cherche à nous culpabiliser en créant "une taxe sur les soda"...
Si seulement le montant des sommes récoltées allaient à la recherche dans ce domaine...


 

isabelle Cassou 31/01/2012 10:56



cher Yvon, j'aime beaucoup quand tu te mouille ... et surtout, j'aime par-dessus tout ta manière de percevoir Martine. c'est exactement cette femme que j'ai croisée hier. Un mélange savant,
émouvant de gaieté et de tristesse.elle éprouvait une grande fierté en dehors du handicap généré par son poids, de nous faire savoir qu'elle arrivait à gérer sa vie seule.


Nous sommes tous la somme de nos petits bonheurs et de nos grands malheurs, ou l'inverse, et j'avoue depuis quelques années être attirée par des personnes travaillant sur elles et capables de
prendre un certain recul sur une réalité pas toujours simple à gérer.


alors oui, cette rencontre fut très riche.



Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis