Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 21:00

 

 

 

 

http://img.over-blog.com/600x425/4/96/76/82/JANVIER-2012-2/Le-Fils-de-l-autre.jpg

 

Joseph a 17 ans, presque 18, il s’apprête à entrer dans l’armée israélienne pour trois ans de service militaire.

Son père est colonel dans l’armée israélienne, ses parents sont français

Sa mère est psychologue, elle est française et vit avec sa famille en Israël.

 

Seulement voilà, Joseph n’est pas leur fils.

Territoires occupés, 1991, guerre du Golfe, maternité martelée par des tirs, évacuation d’urgence, une couveuse, deux bébés, une erreur, une tragique erreur, un échange, un incroyable échange…

 

Yacine a 17 ans, presque 18, il vit en France où il vient d’obtenir son baccalauréat. Il rentre au pays.

Son père répare des voitures. Il était ingénieur avant d’être enfermé dans son village par l’armée israélienne.

Sa mère est heureuse de revoir son fils de retour au pays.

Son frère déteste les juifs qui entravent sa liberté quotidienne, qui l’enferment dans son village, qui ont pris sa terre.

 

Difficile d’imaginer à partir de cela comment peut s’écrire cette histoire.

Joseph n’est plus juif puisque sa mère n’est pas juive.

Yacine n’est peut-être pas palestinien.

 

Deux mondes se découvrent.

Vont-ils s’affronter ?

 

J’ai beaucoup aimé ce film parce qu’il nous place dans cette réalité qui habite le quotidien des juifs et des Arabes en Israël et en Palestine. On ne sait jamais où cette histoire peut nous mener parce que cette réalité est si lourde à porter, si lourd de déni qu’elle peut déraper à chaque instant.

J’ai beaucoup aimé ce film parce qu’il est profondément humain. Il nous montre qu’au-delà de la guerre, d’une haine quasi institutionnelle, il y a des hommes, il y a des mères dont les cœurs battent, il y a des pères déchirés entre leur conviction, leur amour, il y a des frères et des sœurs ébranlés ou accueillants…

J’ai beaucoup aimé ce film parce que les images sont habillées par une musique délicieuse qui nous promène d’un côté ou de l’autre d’un mur, en temps normal,  quasi infranchissable.

À la fin, j’ai versé une petite larme, et j’ai applaudi, applaudi pour ce que je pense être un message de paix, un retour vers l’entité humaine au-delà des clivages politiques, sociétaux, religieux …

J’avoue avoir été triste de n’avoir été suivie que par deux ou trois personnes…

Vous en tirerez vous-mêmes la conclusion, moi, en y réfléchissant, je n’ai pas envie d’approfondir ce « manque d’enthousiasme ».

 

En tout cas, je vous conseille ce film, il a tout d’un grand…

 Les acteurs sont vrais, beaux, l’histoire pourrait être vraie et compliquée à souhait, la musique est sublime, les images sont belles.

 

 

Sur allociné:

 

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19286806&cfilm=192189.html

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

écureuil bleu 26/04/2012 22:35


Merci de nous faire partager ton enthousiasme pour ce film. Le sujet ne me tente pas trop...

isabelle Cassou 01/05/2012 04:59



c'est un sujet difficile mais traité sans haine ni parti pris



Quichottine 18/04/2012 08:15


Il y a des films qui apportent beaucoup à ceux qui les regardent.


Merci de nous avoir présenté ceui-ci.


Passe une belle journée. Bisous.

isabelle Cassou 01/05/2012 04:39



hélas, le peu d'enthousiasme à applaudir à la fin montre bien que ce conflit est loin d'être résolu. Il semble que tout cela aille bien au-delà de la bonne volonté des uns et des autres.


bon 1er mai à toi cher quichottine



Armide+Pistol 17/04/2012 22:30


Un thème souvent exploité depuis" la vie est un long fleuve tranquille", "Neuilly-ta mère", etc.

isabelle Cassou 01/05/2012 04:37



oui c'est vrai, et c'est encore différent devenir soi-même ce qu'on en a toujours cru être son pire ennemi. grande dimension humaine dans ce film, ça nous manque tant...



Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis