Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 01:13
http://blogs.lexpress.fr/cinema/le%20vilain.jpg


Il est des univers dans les quels on se sent bien, je confirme encore une fois je suis une inconditionnelle du monde enchanteur d’Albert Dupontel; et quand, cerise sur le gâteau, Catherine Frot s’en mêle, quel merveilleux délire.

Ce film est un mélange bien difficile à qualifier où se mêle surréalisme, délire, poésie, une belle méchanceté, une vilaine gentillesse, des plans improbables, du doux dingue, du déjanté et un jeu d’acteurs éblouissant.
les gros plans de visage sont incroyablement justes, bien sentis, un joyau d’une belle authenticité toute factice.

Si l’univers de cet artiste fou vous interpelle, foncez vous serez ravi, il est comme d’habitude «habité», l’histoire est rocambolesque, sa façon de la jouer, de la filmer dans le digne ligne de ce qu’il sait si bien faire, nous faire rêver, partir dans un monde décalé, hors temps, hors norme ...

Dans notre monde où l’imaginaire semble parfois manquer de brio, quel bouffée merveilleuse , on en prend plein les mirettes et les oreilles !

Je compare souvent, en gourmande que je suis, les films ou les livres à des friandises, celui là, c’est , vous vous souvenez peut être, ces bonbons anglais au citron qui se vendaient dans des boites rondes en fer, leur gout était très acidulé avec un fine pellicule de sucre glace qui redonnait ce qu’il faut de douceur à l’ensemble. ces bonbons se suçaient tout doucement, et il ne serait venu à l’idée de personne de les croquer, tant le délice consistait à les laisser fondre seconde après seconde pour en apprécier pleinement la saveur.

Allez image après image savourer ce délicieux film qui est inclassable, inimitable, drôle, délirant ....





amusez vous à écoutez la musique et imaginez dupontel en vilain très vilain courant dans la ville pour échapper à des tirs soutenus émis par un van noir ....

Partager cet article

Repost 0

commentaires

écureuil bleu 20/12/2009 22:28


C'est amusant parce que j'ai fait moi aussi un billet sur ce film quand il est sorti mais moins enthousiaste que toi. J'aime bien l'univers déjanté de Dupontel mais son dernier film ne m'a pas
vraiment emballée...


isabelle 20/12/2009 23:23


il est vrai que c'est très loufoque , moi je suis une inconditionnelle , sourire


Ydel 17/12/2009 10:22


Un peu déçu quand même par l'histoire... Par contre les "jeux d'acteurs",supers !!!
Et j'adore aussi ces univers à la Dupontel !


isabelle 18/12/2009 21:52


je l'ai trouvée amusante, éternel conflit entre bien et mal, et oui les acteurs sont épatants !!!


jean-philippe 15/12/2009 19:17


bonsoir Isabelle ! j'adore Albert Dupontel ! son style, sa façon de raconter les histoires , sa carrière et tu décris fort bien ce film  tres surréaliste , délirant et plein de poésie ... du
grajd Dupontel quoi !! Catherine Frot est grandiose !

PS: as tu un Facebook perso (et non un site de fan ) ?


isabelle 16/12/2009 09:42


si toi tu n'avais pas aimé, j'aurais mangé mon chapeau !!!! celui que je ne porte pas ....sourire
vos univers ont tant de points en commun
facebook sans fan/ isabelle cassou
à bientot jean philippe


Quichottine 12/12/2009 11:04


Je ne vais pas souvent au ciné... alors, je ne sais si j'irai, mais tu m'as donné envie de le voir.


isabelle 16/12/2009 09:36


c'est un film très décalé et autant le dernier resnais m'a laissée dubitative (je n'ai rien compris) autant celui là m'a séduite, c'est un film un peu fou comme je les aime, mais pas pour autant
hermétique, un univers "dupontel"


Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis