Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 09:53

 

 

 

 

 

mont-saint-michel-2008-241.JPG

 

 

 

Hier, toute à ma joie d’être encore en panne de voiture, je m’en vais joyeusement prendre le bus.
Il est environ midi, il y a peu de monde.
Dans le premier bus, rien de bien notable si ce n’est peut être une dame entre deux âges, le bras dans le plâtre qui, méprisant un nombre conséquent de sièges libres, demande sans grand ménagement sa place à une jeune beurre rivée à son téléphone, qui la lui cède volontiers. La dame prend la place et commence à polémiquer. La jeune fille cesse momentanément sa communication pour lui préciser qu’il n’y a pas à s’étendre sur le sujet ou à trouver mille bonnes raisons puisqu’elle a cédé son siège. La dame se tait, fort dépitée de n’avoir pu exiger plus bruyamment ce qu’elle estimait être son du.
Je change de bus, prend le second à la volée et pose mes fesses juste derrière le chauffeur.
Un homme en uniforme note le nombre de personnes montées à cet arrêt, puis descend. Des retardataires arrivent l’obligeant à modifier ses statistiques.
Le chauffeur démarre et est apostrophé par un collègue se trouvant à quelques mètres de lui.
Et c’est alors que la belle parole va nous être délivrée:
  - bonjour, tu as un contrôleur?
- bah il ne fait que compter
- Ha, et il compte quoi ?
- Tu sais bien, il compte les moutons !!!!

Et il redémarre ...

Et alors qu’un peu plus loin, je suis dans l’incapacité de me déplacer dans le bus tant le coup de frein qu’il nous impose est violent, je me dis deux choses:

La vérité sort de la bouche des chauffeurs de bus

Et

Pas de doute, il y a quelques chose de pourri au royaume du Danemark

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Opium 11/09/2010 15:16



Compter les moutons, cela arrive parfois à m'endormir... Alors, tant que c'est le contrôleur et pas le chauffeur, je reste optimiste...


Mais, a-t-il tout à fait tord ?


Quand nous sommes assis dans un bus, ou un wagon de métro, ne sommes nous pas aussi passifs qu'un troupeau de moutons qu'on emmène dans les alpages, pour se refaire une santé...


 



écureuil bleu 03/09/2010 22:14



J'ai ri en te lisant, surtout cette expression que tu utilises avec brio.



ALAIN JULIEN 26/08/2010 11:39






 


- J'ai bien aimé cette petite histoire ! Quel talent ; et en plus tu écris bien, je vais finir par ne plus t'aimer toi !!!!!



Quichottine en pause à durée indéterminée 26/08/2010 11:30



Eh bien... Je crois que décidément les transports en commun ne sont plus ce qu'ils étaient. :)


 


Tu as raison, il y a vraiment quelque chose de pourri... dans notre pays.


 


Bises et bonne journée, Isabelle.



Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis