Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 17:58

 

http://thideology.files.wordpress.com/2008/01/rogers.jpg

il a pas l'air charmant ce pasteur ?

 

 

J'ai reçu cette belle leçon de socialisme écrite par Adrian ROGERS en 1931 (date semble t'il fausse, discours de 84 )
Ce petit texte traine sur le net depuis un bon moment déjà.

J'aimerais avant que vous ne lisiez ce bel écrit profondément HUMANISTE, que vous sachiez que cet homme était pasteur évangéliste.
Alors moi je trouve qu'un HOMME D'EGLISE aussi tolèrent, aussi attaché aux valeurs humaines de chaque individu est un bien étrange "berger".
Vous surprendrais je en vous disant que ce cher APOTRE évangéliste était contre, en vrac:
l"avortement, les pères laxistes (heu les mères ? c'est koi ça ? )
les homosexuels, le tabac, l'alcool, le socialisme ,on l'a compris.
Il a estimé BUSH trop laxiste avec les palestiniens.
 Il est, bien sur,  pour la peine de mort.
Et cerise sur le gâteau, avant de tourner sa veste, il fit l'apologie de l'esclavage.

Bref à n'en pas douter,
CE PASTEUR EST UN TYPE «CHOUETTE»,
accroché aux bonnes vieilles valeurs américaines !!!!!!!
Un homme d'église croyant mordicus en la valeur humaine de son prochain !!!!
Maintenant que vous savez par qui et dans quel contexte  ce texte fut écrit,
Lisez et tirez en vos conclusions ....


Petite leçon de socialisme
Un professeur d'économie dans un lycée annonce fièrement qu'il n'a jamais vu un seul de ses élèves échouer, à l'exception d'une année, où ce fut la classe entière qui a connu l'échec. Cette classe était entièrement convaincue que le socialisme était une idéologie qui fonctionnait, et que personne n'était ni pauvre ni riche !
Un système égalitaire parfait.
Le professeur dit alors "OK donc, nous allons mener une expérience du socialisme dans cette classe. A chaque contrôle, on fera la moyenne de toutes les notes et chacun recevra cette note. Ainsi personne ne ratera son contrôle et personne ne caracolera en tête avec de très bonnes notes. Après le 1er contrôle, on fit la moyenne de la classe et tout le monde obtint un 13/20. Les élèves qui avaient travaillé dur n'étaient pas très heureux au contraire de ceux qui n'avaient rien fait et qui, eux, étaient ravis.
A l'approche du 2ème contrôle, les élèves qui avaient peu travaillé en firent encore moins tandis que ceux qui s'étaient donné de la peine pour le 1er test décidèrent de lever le pied et de moins travailler. La moyenne de ce contrôle fut de 9/20 ! Personne n'était satisfait ..
Quand arriva le 3ème contrôle, la moyenne tomba à 5/20. Les notes ne remontèrent jamais, alors que fusaient remarques acerbes, accusations et noms d'oiseaux, dans une atmosphère épouvantable, où plus personne ne voulait faire quoi que ce soit si cela devait être au bénéfice de quelqu'un d'autre.
A leur grande surprise, tous ratèrent leur examen final. Le professeur leur expliqua alors que le socialisme finit toujours mal car, quand la récompense est importante, l'effort pour l'obtenir est tout aussi important, tandis que, si on confisque les récompenses, plus personne ne cherche ni n'essaie de réussir.
Les choses sont aussi simples que çà. Voici un petit extrait de discours qui résume parfaitement les choses
Vous ne pouvez pas apporter la prospérité au pauvre en la retirant au  riche.
Tout ce qu'un individu reçoit sans rien faire pour l'obtenir, un autre individu a dû travailler pour le produire sans en tirer profit.
Tout Pouvoir ne peut distribuer aux uns que ce qu'il a préalablement confisqué à d'autres.
Quand la moitié d'un peuple croit qu'il ne sert à rien de faire des efforts car l'autre moitié les fera pour elle, et quand cette dernière moitié se dit qu'il ne sert à rien d'en faire car ils bénéficieront à d'autres, cela mes amis, s'appelle le déclin et la fin d'une nation. On n'accroît pas les biens en les divisant."
Dr. Adrian Rogers

 

Vous l'aurez compris je refuse d'adhèrer à ce conservatisme américain qui défend des valeurs  engluées dans un moralisme hors d'âge au nom de l'église.

Ces gens sont dangereux, leurs idées néfastes et dénuées de la moindre parcelle d'humanisme éclairé.

Or, cet humanisme, de l'avis de tous les mouvements philosophiques contemporains, apparait , aujourd'hui, comme la seule marche à suivre pour cette planète.

 

 

 


 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quichottine 25/11/2010 01:08



Il faut prendre ici le contrepied de tout ce que tu écris... Pas si simple quand on le lit !


 


... mais bonne journée quand même, Isabelle. Bisous.



isabelle Cassou 27/11/2010 13:04



oui, visiblement .....


bon weekend, kichottine et bisous histoire de se réchauffer en cet hiver précocement arrivé



autobiographie 24/11/2010 19:22



Seule marche à suivre?


J'ai beau avoir de l'humour (comme disait une copine), il ne me fait pas rire du tout ton Pasteur machin chouette.


Bonne soirée quand même,


GIGRI



isabelle Cassou 27/11/2010 13:00



il n'est effectivement pas drole .... un sale bonhomme soit disant homme d'église !!!!


beaucoup disent que ce siècle sera humaniste et j'ai envie d'y croire


bisous Gigri



Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis