Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 00:02

 

 

 

 

duane_bryers_hilda162.jpg

 

 

 

À l’aide d’une démonstration par un simple exemple, je vais essayer de vous faire comprendre et par la même comprendre moi-même, en quoi la frustration passée est capable de conditionner le comportement présent.

 

Avant d’en arriver au vif du sujet, je dois d’abord poser quelques axiomes de base.

Je suis une gourmande, mais je suis surtout une gourmet. J’aime les plaisirs de la table, et ce depuis ma plus tendre enfance.

Mes parents viennent tous les deux du sud et de par mon éducation, j’ai eu l’habitude de manger de tout.

Les légumes verts, les fruits ont toujours eu une grande place dans notre alimentation d’enfance.

Par principe, j’aime les bonnes choses…

La nourriture peut être source de plaisir, et pourtant, parfois, alors que je suis très occupée, prendre un repas peut être une véritable corvée, une perte de temps.

J’ai arrêté de fumer il y a environ huit ans, et depuis, j’ai redécouvert le goût fort et intense des aliments.

 

J’ai fait un certain nombre de régimes, toujours encadrée par un médecin, certains ayant un apport calorique de 600 calories par jour et constitué uniquement de sachets hyper protéinés au gout absolument immonde.

Je suis une experte en ce qui concerne la perte de poids. Par contre, je suis également imbattable en ce qui concerne la reprise de poids.

A ceux qui regardent les gros avec un certain dégout, pensant qu’ils sont incapables de faire un effort, je lance un défi : se priver de nourriture ou autre de manière longue et répétée, autant je l’ai fait tout au long de ma vie.

 

Je vais vous raconter, maintenant, simplement en décrivant mon repas de ce soir, la bêtise indescriptible d’un cerveau à la mémoire aiguisée.

J’ai coupé en petits morceaux deux blancs de poireaux. Je les ai mis  dans un cuit vapeur au micro-ondes pendant quelques minutes.

J’ai fait cuire une escalope de veau dans une poêle sans matière grasse. Alors que la cuisson fut terminée, j’ai déglacé la poêle avec une cuillerée à café bondée de fond de veau délayé dans 100 ml d’eau.

L’assiette de mon plat principal a été dressée avec les poireaux, 100 g de pâte, l’escalope et une petite cuillerée de la sauce obtenue dans la poêle.

Le fond de veau et la petite sauce qui en découle à une valeur énergétique de 11 kcal

J’aurais pu arroser les poireaux et les pates de cette sauce bien peu riche. Mais, et c’est là que nous entrons dans le vif du sujet, alors que je goutais les poireaux à la sortie du micro-ondes, je les ai trouvés réellement exquis.

Je vous jure ne pas mentir en vous disant que je me suis vraiment régalée à les déguster, cuit à la vapeur, sans aucun ajout  de matières grasses.

J’insiste sur cette description parce qu’elle est d’importance pour comprendre la suite.

Peut-être vous retrouvez-vous dans ce que je vous raconte ?

Les légumes ont tous un goût prononcé. J’ai tendance à rajouter beurre, huile et faute d’en avoir exaucé le gout, ces matières me l’ont fait oublier au profit d’une simple onctuosité.

Alors que je retrouve le goût pur du légume, je confirme prendre un réel plaisir à le manger.

Par extension, alors que certains aliments dans le cadre de mon régime plan alimentaire me sont actuellement déconseillés, si j’ai fait une légère dérogation en mangeant par exemple un carré de chocolat, son goût est alors d’une intensité inégalée. Ce simple carré de chocolat fondant dans la bouche, de par sa rareté, devient un véritable délice. Et si d’aventure, il me prenait la mauvaise idée d’en manger un deuxième, je sais pertinemment que jamais je ne retrouverai l’intensité du premier carré.

Et là est toute la question, pourquoi alors que je sais que ce deuxième carré sera nécessairement moins bon et inévitablement mauvais pour mon poids et mon diabète, suis-je tentée non plus de le manger, mais de le dévorer ?

Ces constatations, je les ai faites il y a bien longtemps, cette question, je me la pose depuis bien longtemps.

Et si, sur le plan intellectuel, le constat est simple et la problématique bien posée, je sais pertinemment, du fait de mon expérience passée, qu’un beau jour (pas de suite, peut-être seulement dans des mois…) La tentation de manger ce deuxième carré voire un troisième sera plus forte que ma raison.

J’ai essayé de réfléchir à tout cela. Je ne suis pas certaine d’avoir trouvé LA réponse, d’ailleurs, peut-être n’y en a-t-il pas qu’une seule ;

De manière consciente (en opposition à mon inconscient qui n’est guère bavard), j’explique ce comportement par des excès de frustration vécus dans le passé.

J’ai perdu plusieurs fois dans ma vie plus de 30 kilos, vous vous imaginez bien que cela se fait sur de très longues périodes. J’ai donc passé des années entières à me priver systématiquement de certaines choses.

Vous me direz, que je n’ai plus fumé depuis plus de huit ans et que je n’en éprouve pas plus que ça de la frustration, ce quoi vous aurez sans doute raison…

Seulement voilà, aussi étonnant que cela puisse être, alors qu’on a donné l’ordre à son cerveau de par une bonne volonté d’oublier une substance, si possible à tout jamais, alors que ce cerveau n’est plus confronté à cette substance, changer ses habitudes se fait de manière plutôt simple.

Cependant, la nourriture est incontournable. Hors de question de ne plus manger du tout, dès lors, la tentation est quasi permanente.

Je vous en parlerai sans doute par la suite. J’ai vu à la clinique ce film tourné par un Américain ayant mangé pendant un mois exclusivement chez McDo.

Dans l’immédiat, j’aimerais en retenir une information incroyable : tout Américain regardant moyennement la télévision ingurgite environ 10 000 publicités par an concernant l’alimentation.

Loin de moi l’idée de faire un parallèle entre les États-Unis et l’Europe, pourtant, amusez-vous à compter le nombre de publicités, à toute heure, concernant l’alimentation. Je l’ai fait de manière aléatoire depuis mon séjour à la clinique. Environ la moitié de toutes les publicités sont des publicités concernant l’alimentaire. Il semblerait que notre gouvernement absolve de toute faute les industriels du moment qu’ils signalent clairement un certain nombre de conseils diététiques qui sont à l’encontre totalement des produits qu’ils confectionnent.

Cherchez l’erreur…

 

En écrivant ces quelques pensées, j’ai conscience de tout ce qu’elles peuvent avoir de paradoxales. J’espère sincèrement que je réussirai à savoir, un jour, le vrai pourquoi du réconfort cherché, soupçonné du deuxième carré de chocolat…

 

 


 

 

 

 

 

 

Repost 0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 12:54

 

 

 

 

BOTEROARENOIR.jpg

 

 

Je reviens aux origines de ce blog :


de Botero à Renoir ...

 

Je suis à - 7Kg depuis mon hospitalisation

 

haut les coeurs, y a pu k'à

et pourvu k'ça dure  !!!!

 

PS: gare Teddy, je reviens vers la bande FM ....

 

Repost 0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 17:24

 

 

 

 

 

 

Renforcement musculaire avec haltères ( 11 exercices)

Faire 3 séries de 10 à 15 répétitions

Position durant les exercices : jambes légèrement pliées, écartées à la largeur des épaules, bassin basculé vers l’avant, regard droit  devant soi

 

3)  Un haltère dans une des mains, Le placer derrière la tête

Le tenir debout par un bout, bras plié, tendre le bras avec l’haltère vers le plafond, coude contre le visage

 

sporthalteresfondbeige3compgif

 

4)  Un haltère dans chaque main, les regrouper devant soi en bas

Remonter les 2 jusqu’au menton, les coudes en l’air, puis redescendre

 

sporthalterefondbeige4compgif

 

 


   

5)  Un haltère dans chaque main, les regrouper devant soi

Les bras tendus devant soi à hauteur des épaules, descendre jusqu’aux cuisses et remonter

 

sporthalteresfondbeige15COMPgif

 

 

 

A  SUIVRE    ......

 

 

 



Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 11:21

 

 

 

Voici la première série d’exercices avec des haltères.

Ces haltères se trouvent très facilement, à un prix abordable.

Choisir leur poids en fonction de sa force, pour moi, par exemple entre 1.5 et 2 kilos.

Mine de rien, ça tire bien ….

 

Renforcement musculaire avec haltères ( 11 exercices)

Faire 3 séries de 10 à 15 répétitions

Position durant les exercices : jambes légèrement pliées, écartées à la largeur des épaules, bassin basculé vers l’avant, regard droit  devant soi

 

1)  Un haltère dans chaque main,  Les bras sur le coté 

        les monter ensemble jusqu’à hauteur des épaules et redescendre le long des jambes.

sporthalteresfondbeige1compgif

 

2)  Un haltère dans chaque main, les regrouper devant soi

Les bras tendus devant soi à hauteur des épaules, descendre jusqu’aux cuisses et remonter

 

sporthalteresfondbeige15COMPgif

 

 

 

A  SUIVRE .....

 

 

 


 

 

 

 



Repost 0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 22:30

 

 

 

voici  

 

 

52713681.jpg

 

 

Je vous concocte un article très "pratique"

Soit une séance de musculation d'une demi heure:

- avec 2haltères

- avec un bâton

 

à faire 3 fois par semaine

 

Réalisation en cours

Publication demain ....

 

Douce nuit à tous

 

 


 

 

 

 

                                   

 

 

 


Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 21:45

 

 

gym.jpg

 

 

 

Encore une bonne journée, renforcement musculaire avec deux altères de deux kilos pour commencer. Les sportifs : «  je vous demande de vous taire »  et d’arrêter de vous marrer, les sédentaires comprendront aisément les brûlures musculaires qui s’en suivirent, surtout quand l’on est comme moi une grande de sportive devant l’éternel !

 

Une petite séance de kiné à sec, pour suivre, qui a consisté en 5 minutes de patrouilles, pas désagréables au demeurant et 25 minutes d’attente et de lampe soi-disant  à infrarouge. D’évidence, ça ne peut pas faire de mal, mais je ne suis pas certaine non plus que ça fasse vraiment du bien. Du coup je fais changer toutes mes séances de kiné et demande à ce qu’elles soient faites en piscine.

 

Petite séance chez la psy où je fais le point sur mes perturbations alimentaires datant de mes 8 ans, énumérant les 1000 et 1 régimes aux suites improbables que je me suis et que l’on m’a infligés tout au long de ma vie, tentant désespérément de comprendre le pourquoi comment des peurs et des  frustrations.

 Un exemple : alors que je savais devoir être hospitalisée une semaine dans cette clinique, j’ai mangé en un week-end un paquet de réglisses haribo sous prétexte que j’allais en être privée à la clinique. Là où ça devient ridicule, c’est que je m’achète ce genre de choses peut-être une fois par an et le mange en plusieurs mois.

Comment pourrais-je défendre un tel comportement ? Il est celui d’une gamine qui a peur d’être privée d’une friandise. L’adulte que je suis la juge stupide, d’autant plus que je me sais sujet à de l’hypertension lorsque je mange de la réglisse. Et si pourtant j’arrive en femme raisonnable à estimer ce comportement infantile, force est de reconnaître que sur le moment : je les ai trouvées bien bonnes (aie !).

Bref, on avance, on avance, mais on n’est pas arrivé ! La gourmandise s’en mêlant, vous vous en doutez bien !

 

Mon grand plaisir de la journée reste incontestablement l’aquagym et Messieurs et Mesdames les sceptiques (Teddy oui oui, tu en fais partie), je ne vous permets pas de remettre en cause ma bonne foi, ma hargne, et ma TRES bonne volonté à m’essouffler vaille que vaille  durant 1 heure dans une piscine à 32°.

 

Je pousse même le vice jusqu’à me rendre dans la salle aux engins de torture et à essayer une sorte de vélo avec fauteuil qui vous met les muscles des jambes en marmelade en cinq minutes. Le pire est que j’envisage même, éventuellement, d’en faire quelques séances d’une demi-heure les jours prochains. Si si, je vous assure, ce n’est pas de l’intox, croix de bois, croix de fer, si j'mens je vais en enfer…

 

La journée se continue par une conférence sur l’activité sportive et physique, puis une autre sur l’estime de soi.

Cela me coûte terriblement de le dire, et bien plus encore de le reconnaître, mais ce maudit sport auquel je ne prends qu’un plaisir infinitésimal, est bon pour moi.

En quatre jours, allié à une alimentation équilibrée, mon diabète est stabilisé. Je dors mieux. Je suis capable de m’amuser à aller chercher mes limites physiques.

Là encore, j’éprouve le besoin pour les susmentionnés sceptiques de préciser qu’à aucun moment je ne triche, je compte scrupuleusement les mouvements jusqu’à 30, 40, 50 ou 60 sans en omettre un seul, faisant preuve d’une scrupuleuse honnêteté, ne tentant à aucun moment de rendre le mouvement plus doux et évaluant avec vaillance les douleurs musculaires qui ne manquent pas d’habiter des muscles dont j’avais oublié l’existence…

 

Ici faire du sport alors que l’on a guère autre chose à faire de la journée, entouré de vaillants congénères tous plus sportifs les uns que les autres, est certes une obligation mais finalement aussi une sinécure…

Mon souci, et j’ai à peu près deux semaines pour y réfléchir, est de savoir comment je vais aménager ma vie en incluant ces délices musculaires à mon quotidien.

Il me faut bien admettre que quand je suis sortie d’ici, il y a trois ans, j’étais pétrie de bonnes intentions. Deux jours après ma sortie, j’étais chez décathlon pour acheter des altères et le petit élastique qu’il le fait bien.

Hélas, il me faut confesser que je ne m’en suis pas servie une seule fois.

Et quand la psy m’a demandée s’ils prenaient la poussière, je lui ai répondu que non puisque j’avais fait en sorte de les cacher de ma vue… Oops…

 

Donc, Vous l’aurez compris, le réaménagement de ma vie en sportive accomplie, c’est pas gagné…

 

 

 

 


Repost 0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 20:37

 

 

 

http://nsm07.casimages.com/img/2012/01/31/1201311026331218229375514.jpg

 

 

La journée devait être calme. Pourtant, elle a filé comme l’éclair.

A 11 :00, réunion diététique sur : les sorties et la restauration.

Étonnamment, il y avait un monde fou et l’ambiance qui en temps normal est relativement studieuse a vite tourné à une franche rigolade.

Alors que la diététicienne s’est amusée à coller des morceaux de sucre et des petits sachets de graisse sur un support afin de nous démontrer les apports monstrueux d’un repas moyen chez McDo, fusaient de toutes parts des ho et des ha, comme si l’on découvrait la chose. Je passe sur l’insistance un peu lourde de ladite diététicienne qui semblait craindre un vol de sucre dans ces jolis petits sachets.

 

Le meilleur moment de mes journées ici est à 14 heures : 1 heure d’aquagym à un rythme soutenu.

Vous allez me dire que bon sang de baigneuse ne saurait mentir et qu’il serait bien malheureux qu’elle ne prenne pas plaisir à être dans l’eau.

 

L’autre moment marquant de la journée fut une marche dans la ville bravant le froid et le vent.

 

Mais le plus important, ce sont les résultats de ma glycémie qui par trois fois dans la journée furent strictement normaux.

Si j’ai entamé ce séjour, c’est certes pour perdre du poids, mais c’est avant tout et surtout pour équilibrer mon diabète.

Pour la première fois, depuis un an, je pense être réellement sur la bonne voie.

Ces résultats me confortent dans l’idée que j’avais besoin de venir ici afin de rompre avec mes habitudes (mauvaises) et d’enfin prendre réellement conscience que je suis atteinte d’une maladie qui, même si elle ne se voit pas et ne se ressent pas plus que ça au quotidien, peut conduire à de graves séquelles à moyen et long terme.

 

Il est plus de 20 heures, je me sens bien, calme, certes fatiguée mais une fatigue due à l’exercice physique je serais tentée de qualifier de saine.

J’avais dans l’idée de vous raconter aujourd’hui mon arrivée ici et mon état d’esprit d’alors, mais pour cela, il me faudrait remonter quelques jours en arrière, prendre le temps de réfléchir au pourquoi et au comment de ce que j’ai ressenti alors.

Or, ce soir, je n’ai ni l’envie ni la force de repartir dans une analyse.

 

Demain sera un autre jour…

 

 

 

 

 


Repost 0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 20:17

 

 

60fd8520.gif

 

 

 


Eh bien voilà cette fois, c’est parti…
Me voici de retour ici pour trois semaines, au programme : diététique, équilibre alimentaire, sport, rééducation…

Vous allez me dire qu’après toutes les critiques faites dans mes derniers articles sur cette clinique, je suis un peu gonflée (c’est le cas de le dire…) de m’y rendre encore.
À mon corps défendant, si effectivement j’ai quelques remontrances à faire sur les médecins spécialistes, comment dire, un peu… légers, je dois reconnaître que l’approche de ce qui est appelé, ici, soins de suite est d’assez bonne qualité.

Durant trois semaines, on reprend toutes les bases de diététique, on réapprend à vivre en harmonie avec son corps, à le bouger sans le maltraiter, on confronte des expériences souvent communes avec des personnes obèses.

Ma motivation première, cette fois-ci, est équilibrer un diabète que je prends un tantinet par-dessus la jambe depuis environ un an. Le but de ces trois semaines étant d’accepter cette maladie et de l’intégrer dans un nouveau mode de vie alimentaire  entre autre.

Impossible d’avoir Internet depuis quelques jours, je peux enfin me déconnecter et écrire depuis peu …

 

 

 

 

Repost 0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 00:05



Reglette regime


Il y a bien longtemps que je ne vous ai gratifié des résultats sonnants et trébuchants (heu, si, si, ils le sont parfois ! oops !) de mon aventure de quelques mois : « j'aime mon corps et j'en prends soin ».
Nous en étions, aux dernières nouvelles, à 95 kilos soit une perte de 25 kilos.
Depuis je me suis vue atteinte d'une intrication de maladie de Hashimoto et de Basedow , loin de moi l'idée d'une cause à effet, cependant, un peu lassée il y a 15 jours, j'ai totalement relâché mon bel équilibre alimentaire pour me régaler, je l'admets sans grande modération, de ce quii clairement n'est pas vraiment bon pour ce que j'ai, résultat : +6,5 kilos en une semaine, du jamais vu de mémoire de baigneuse en devenir et alors que je récoltais sur ma bascule, le résultat de mes peu raisonnables agapes, j'avoue avoir été en colère et par la suite avoir culpabilisé d’avoir si stupidement mis à sac des semaines d'efforts (et oui, j'ai beau me convaincre du contraire, se débarrasser des vieilles et mauvaises habitudes, ne se fait pas du jour au lendemain et en instaurer de nouvelles se fait parfois dans l'effort !).
Lundi dernier, le verdict est dur : 101,5 kilos et ce matin, ce n'est pas sans un peu d'appréhension que je me confronte à nouveau à la bascule : 97,2 soit plus de 4 en moins.
Ces fluctuations sont énormes et sans précédent dans ma vie de « yoyoteuse » au poids fantasque.
Elles prouvent, s'il en était encore besoin, que cette recherche d'équilibre alimentaire est et doit rester une priorité si je veux maintenir mon corps en forme (et non en formes !!!! bon ok c’est nul mais bon c’était tentant !!!!)
Alors, me voilà repartie cahin-caha sur le chemin de la sagesse et d’une honorable et saine modération…..
Pourvu que ça dure !!!!!! sourire




Repost 0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 05:49







Reglette regime

Il y avait longtemps que je ne vous avais pas fait le point du lundi, n'allez pas croire pour autant que j'ai laissé tomber mon pari de revenir à une alimentation saine et équilibrée.
ce matin, moins 23,2 kg, doucement je continue à aller vers mon premier objectif.

au jourd'hui, je subis une ablation de la vésicule biliaire, je pars de bon matin ...
si tout va bien, je vous fais un petit coucou dés demain...



Repost 0

Un Peu De Moi

  • : dépressive utopiste: isabelle
  • dépressive utopiste: isabelle
  • : une dépressive redécouvrant le monde semaine après semaine ...Une humaniste qui revit. écrire pour vivre, vivre pour écrire .
  • Contact

Profil

  • isabelle Cassou
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir
  • une depressive idéaliste qui veut croire en l'humain, qui n'acceptera jamais la communication à travers la violence, la guerre. j'ai la chance de vivre dans un pays où je suis libre de dire , d'écrire, le faire est un droit mais surtout un devoir

 

 

 

 

bricabracBLEU13.png

 

Chatouillis méningés

 

 

 

 

 

  Je ne peux pas dire

qui je serai demain.

Chaque jour est neuf

et chaque jour je renais.
Paul Auster

Les Vintages

En Musique ...

je grandis